AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




 

Balade au coucher du soleil [PV B.SOUL]

The Protector of Animals !

avatar


Points :
15 / 10015 / 100

Masculin
► Messages : 233
◄ Inscrit le : 21/12/2010
Age : 23
Localisation : Dans un arbre de la foret!

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Démoralisation

Dim 20 Fév - 15:19

C'était la fin de la journée, on vient de partir de l'établissement scolaire et on marche. On est que tout les deux, on longe les côté de la forêt. Le soleil couchant qui passe entre les feuilles des arbres fait un tapis tacheté à nos pied. Les oiseaux chantent gaiment dans les arbres et la forêt vit ses dernier instant pour cette journée. Tous s'endort, aussi bien pour les animaux que pour les êtres humains. Dans les deux cas, la mère prépare son enfant à aller dormir dans peu de temps.

B.Soul était dans ses pensées, elle ne disait pas un mot et elle semblait toute retournée. C'est pas tout les jours qu'un inconnu rencontrer dans une infirmerie vous embrasse et vous emmène ensuite dans une forêt au coucher du soleil. J'aurais pas du choisir la forêt. Déjà que je passe pour un pervers, je l'emmène ensuite dans une forêt peu fréquenter à la tomber de la nuit. J'aurais mieux fait de réfléchir un peu plus au lieu de me jeter tête baisser dans une idée aussi nul !

En marchant, on tomba nez-à-nez sur un point de vue merveilleux. La forêt été derrière nous et devant nous se trouvais la mer. Le soleil se reflétais dedans, l'eau scintillais de mille éclats. B.Soul avança vers un banc devant nous et s'assit pour contempler le spectacle qui nous étais donner. La voir devant moi et avec ce paysage étais l'image la plus belle que je n'est jamais vu...
Alors quelques temps après, pendant que j'admirais ce tableau, B.Soul se retourna pour voir si j'étais encore là. Enfin je pense...

A cette instant je regrettais que mes yeux ne puissent prendre de photo. Elle est si belle. Avec ce fond magnifique. Je lui souris et alla m'assoir à ses côtés. Je regardais la mer, puis l'envie irrépressible de la regarder fus trop forte. Alors je me tourna vers elle pour pouvoir admirer sa beauté.

Le paysage magnifique à ses côtés était sûrement une chose qui n'arriverais pas tout les jours. J'aurais voulus que cet instant dure toujours. Mais ce serais trop beau pour être vrai. Alors autant profiter de l'instant et ne pas penser à plus tard.

Aucun de nous deux n'avais dit quelque chose depuis que nous sommes entrée dans la forêt. L'ambiance étais quand même assez tendu...
J'aurais voulu trouver quelque chose qui n'est pas embarrassant et qui ne soit pas non plus idiot. Mais malheureusement les seuls phrase qui me venais à l'esprit étais exactement ce que je ne voulais pas. "C'est beau ce paysage n'est-ce pas ?" ou encore "J'aime être en ta compagnie !". C'est exactement le genre de phrase qui plomberais encore plus l'atmosphère.

Une discutions idiote comme ma première phrase rend l'atmosphère pesante et en plus d'être un pervers je serais un idiot. Ce qui est vrai mais c'est pas une bonne situation d'être vu ainsi par quelqu'un qui nous tiens à cœur. Et la deuxième phrases peut mettre en place un message cacher : j'attends la suite. Et ce n'est vraiment pas ce que je veux. Si elle veut me revoir à la fin de la journée ce serais déjà très bien !

Je sais !!! Je sais ce que je vais lui dire !! Alors je me lance !! Je me tourne vers elle et je lui dit calmement :

"Comment va ton épaule ?"

Elle se retourna vers moi, apparemment surprise. On se regardait droit dans les yeux. Je sentais que ma question n'étais pas la meilleure à poser dans cette situation. Je me sentais nul. Je voulais détacher mon regard du sien, mais j'en étais totalement incapable. Mon cœur battait la chamade et je voulais savoir sa réponse. Si sa réponse suite à ma question rendais l'atmosphère encore plus tendu, je me cacherais sous terre. Sinon tout ira bien. Enfin je l'espère ....




_________________

H.H


Dernière édition par Hikaru le Sam 26 Fév - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 68
◄ Inscrit le : 04/01/2011
Age : 27
Localisation : dans une rue sombre

Mar 22 Fév - 19:04

Nous nous revouvâmes en plein milieu de la forêt, je ne sais pas trop ce qui arrive très fanchement... Quelques minutes lus tôt nous étions face à face à parler de notre... baisé et Hikaru m'a proposé d'aller dans la forêt et moi naive que je suis j'ai dis oui.
Le jour déclinait peu à peu autour de nous, déjà, la forêt semblait s'endormir dans un paisible silence. Le chemin que nous empruntions été recouvert de feuilles mortes qui donnaient l'impression de marcher sur une mousse mouillée, l'odeur de la Nature emplie mes narinnes et me fis soupirer d'aise. Ca change de la ville...

Hikaru qui se trouvait à mes côtés, semblait lui aussi raide comme un piquet malgrè la magnifissence qui nous entourait. C'est vrai qu'on ne disait pas un mot... Mais quoi dire ? Que faire ? Rien absolument rien. Alors que j'étais en plein milieu de ma réflexion existentielle, La Nature s'imposa à moi comme une grande claque.
Nous étions arricé à la frontière entre la terre et l'eau, la forêt en arrière plan et droit devant nous; une mer au rythme nonchalant avec un Soleil mourant qui reflété sur l'eau ses derniers reflets aux mille et une couleurs. Le vent sifflait dans nos oreillles comme une douce musique. J'eus un moment d'arrêt et lentement je m'assis sur un banc face à la mer [NDA: le premier qui chante Calogero, je le frappe <.<]; ce tableau vivant était si sublime que j'en avais les larmes au yeux. On ne peut que s'incliner face à ça, nous pauvres mortels si tristes et orgueuilleux; car jamais malgrè toutes les technologies misent à notre disposition, jamais nous pourrons recréer une chose si parfaite, si émouvante.
Je me retourna pour voir Hikaru, le soleil faisait briller ses cheveux fauve et sa peau opalescante, là aussi il est totalement impossible de recréer la sensation que sa vue fit à mon petit coeur. Il me souria et s'assit à mes côtès. J'osais ni rien dire ni le regarder, l'ambiance s'alourdit et le paysage relaxant qui nous entourait n'y changea rien...
Je sentais la chaleur du regard d'Hakaru sur moi, c'est tellement gênant... Mais Hikaru décida de briser le silence.

"Comment va ton épaule ?"


Ah... Mon épaule ?! Je m'attendais pas à ça comme question et je crois que cela c'est vu sur mon visage car Hikaru rougit de gêne, merde... j'ai gacher tous ses éfforts; je lui souris et posa ma main sur mon épaule bléssée.

" Elle va mieux et puis, c'est grâce à tes soins " Je tourna mon regard vers Hikaru et accentua mon sourire. " C'est une drôle de situation que l'on est entrain de vivre franchement..."

Je soutenais son regard, pour voir si mes paroles l'avaient touchèes.. Même just un peu, je n'avais pas encore remarqué la douceur qui s'en dégagé...

_________________

Your blood is mine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Protector of Animals !

avatar


Points :
15 / 10015 / 100

Masculin
► Messages : 233
◄ Inscrit le : 21/12/2010
Age : 23
Localisation : Dans un arbre de la foret!

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Démoralisation

Jeu 24 Fév - 15:29

Mais elle me répondit :

" Elle va mieux et puis, c'est grâce à tes soins "

Ouf ! Puis elle se retourna vers moi en accentuant son sourire. Puis elle continua :


" C'est une drôle de situation que l'on est entrain de vivre franchement..."

Tout en me posant cette question elle regardais toujours en ma direction. Cette question me fis sourire. C'est vrai que la situation ou je nous ai embarquer est assez ... complexe. Je passe vraiment pour un pervers ... Je suis vraiment maudit !!

Mais j'étais heureux qu'elle ne m'évite pas. Alors qu'elle me regardait, en attente d'une réponse, nos yeux se croisèrent. Ensuite on n'arriva pas à décrocher nos regard. Et je lui dit tout simplement le fond de mes pensées :


" C'est vrai que c'est bizarre, mais moi personnellement ça ne me dérange pas ! Comme c'est avec toi que je suis en ce moment, c'est un moment magnifique !"

Je ne pus m'empêchais de rougir. Si j'aurais dis à un ami ce que je ressentais pour elle, je serais passer pour un sentimentale. Mais pour elle j'accepterais de devenir n'importe qui. Je crois que je suis vraiment amoureux de B.Soul. Quand je l'ai vus la première fois à l'infirmerie, j'ai tout de suite accrocher -sans le savoir certes...

Et quand elle m'as dit que je lui avais voler plus ou moins son premier baiser, j'étais heureux -sauf que le contexte dans lequel on était, ça aurait était déplacer ...

Perdu dans mes pensées et dans la contemplation de ses -magnifique- yeux. J'attendais sa réponse tout en espérant que la réponse soit positive. Même si je refusais de me faire des illusions je n'arrivais pas à enlever cette idée de ma tête.

Je lui souris, en essayant d'être amicale. Je voulais vraiment le serrais dans mes bras mais après ce qui venais de se passer je préférais de retenir mes ardeurs.



_________________

H.H
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 68
◄ Inscrit le : 04/01/2011
Age : 27
Localisation : dans une rue sombre

Mer 2 Mar - 21:07

Hikaru accrocha mon regard au sien, comme hypnotisés.

" C'est vrai que c'est bizarre, mais moi personnellement ça ne me dérange pas ! Comme c'est avec toi que je suis en ce moment, c'est un moment magnifique !"


Il rougis sur ces mots... Moi aussi je ne savais que dire, sa présence me rendait toute chose mais je ne comprends pas, il a 16 ans moi 20... et on ne se connais pratiquement pas. Je n'arrivai pas à me laissais aller à laissé aller mes émotions malgrè la déclaration de Hikaru qui m'allait droit au coeur.

Je sentais son regard me brûler tout entière... Nyah il me souria attendant surement une réponse. Je jetta un dernier regard admiratif au paysage qui se dressai devant nous et lui rendit son sourire.
Je pris un air détaché et m'accouda mollement au banc.

"C'est vrai que moi aussi j'apprécie ta présence Hikaru... Ca aussi c'est bizar on ne se connais pas..."


Il fronçai les sourcils l'air déçu... Merde je n'ai pas disce qu'il fallait ? Je paniqua et posa ma main sur la sienne pour capter encore une fois son regard.

"Hikaru, moi aussi je suis bien avec toi. Désolé."


Je ne bougeai plus, s'il se mettait en colère avec ma maladresse, je vais m'envouloir à mort....

_________________

Your blood is mine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Protector of Animals !

avatar


Points :
15 / 10015 / 100

Masculin
► Messages : 233
◄ Inscrit le : 21/12/2010
Age : 23
Localisation : Dans un arbre de la foret!

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Démoralisation

Jeu 3 Mar - 18:35

Elle regarda le paysage qui s'offrait à nous. Puis elle pris un air presque détacher. Elle s'accouda gracieusement sur le banc. Juste après elle me répondit :

"C'est vrai que moi aussi j'apprécie ta présence Hikaru... Ca aussi c'est bizar on ne se connais pas..."

[/b]Je sentis mon sourire disparaître un un trou béant se formait dans ma poitrine. La douleur me paraissais presque irréel. Alors elle posa sa main douce sur la mienne. Je la regardais, je n'avais qu'une peur, pleurais comme un gamin devant elle. Mais aussi qu'une envie, qu'elle me disent que ce n'était pas grave. Mais en espérant toujours trop on finit par être déçu, vainement.

Elle essayait de capter mon regard, elle voulait que je montre mes sentiments en lâchant des sanglots ? Peut être est-ce vrai, je la connais tellement peu, elle est peut être sadique ou je ne sais pas quoi ...
Non ! Impossible, enfin je n'en sais rien ...
Ensuite elle ajouta :

"Hikaru, moi aussi je suis bien avec toi. Désolé."

Ses mots agrandirent le trou qui se formait dans ma poitrine. Alors Je la regarda, elle était magnifique, avec ses cheveux qui flottaient au vent. Mais Je détourna la tête pour regarder le spectacle de la nature. Il me semblais fade et trop joyeux pour moi. C'est comme si, pour la première fois de ma vie, c'est moi qui étais démoraliser.

Dans ma contemplation négative du coucher de soleil, ma vue commencer à se troublait. Je sentis une goutte couler le long de ma joue -opposé à B.Soul, heureusement. La goutte tomba sur ma main droite, dans une explosion de gouttelette et un fracas que moi seul entendis. Quelques minutes passèrent, même si pour moi elles représentaient des heures. Mais la seule chose positive est que j'ai pus me reprendre et me calmer.

Le soleil commençait à décliner calmement quand je pris mes force et dit l plus calmement possible pour ne pas me trompais :

"Oui ... Je comprend. Ce n'est pas grave, nous pourrons rester amis, si tu le veux bien..."
Ma voix était monter dans les aiguë pour les mots grave, rester amis, et veux bien. Je me suis trahis tout seul, comme le pauvre idiot que je suis. Ne sachant pas quoi faire, je me mis à regardais le soleil, tomber peu à peu et la nuit sombre apparaitre. La nuit, sombre, calme et mélancolique. C'est ce que je ressentais au plus profond de moi. Il m'avais fallu plusieurs minute avant de ma calmer un peu. L'amour est tout le temps si cruel ?

De toute façon cette histoire m'enseigna bien des choses, Cupidon est un enfoiré et l'amour est injuste. Mais aussi une chose importante, quand on aime véritablement quelqu'un, cette personne à de grande chances de vous aimez aussi.

J'étais perdus dans mes pensées, mais une main serrant la mienne me ramena sur terre. Je me tourna et vis B.Soul. Son regard et ses traits étaient inquiet. Pourquoi ? Je devais avoir l'air totalement désorienter. Pour essayais de la rassurer, je souris -un sourire forcé bien sûr. Mais mon sourire était tellement crispé et faux que ma camarade n'y crus pas un instant. Alors je rajouta :

"Tu voudras bientôt rentrer chez toi je suppose. La nuit est déjà tomber."
Elle me fixa avec ses grand yeux expressif et ne dit rien. Ma voix ne s'était pas fracasser pensant cette phrase, mais le ton était calme, mélancolique et presque fantomatique. Je la quitta du regard pour regarder le ciel étoilée. Pour moi ma camarade représentait la plus belle et brillante de ces astres.

_________________

H.H
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 68
◄ Inscrit le : 04/01/2011
Age : 27
Localisation : dans une rue sombre

Mer 9 Mar - 17:01

Ma phrase eut l'éffet inverse que j'attendai. Le visage d'Hikaru se ferma et il regarda d'un oeil mélancolique la narure déclinante qui se dressai devant nous. Il restait figé pendant quelques instant comme ça sans rien dire et je suis certaine enfin, presque qu'a ce moment là une larme s'éssapa le long de sa joue mais je ne dis rien. J'avais beaucoup trop honte pour parler, je lui faisais du mal sans même le vouloir.

"Oui ... Je comprend. Ce n'est pas grave, nous pourrons rester amis, si tu le veux bien..."


Il ne quitta même pas des yeux le paysage en me disant cela, sa voix était chevretante, enfantine. C'est là que la réalité se faisait grande devant moi, trop grande. J'ai officielement 20 ans, lui apparament 16, j'ai connu une fois l'amour et j'en ai souffert. Et si moi, j'étais son premier.... "amour" ? L'idée me parut juste ridicule, c'est un jeune homme attirent je suis sûr qu'il a connu un tas de filles avant moi... Mais alors pourquoi, pourquoi semble-t-il si mal à l'aise en ma présence ? Rester amis ? Parce qu'il voulait de moi ?
Je sentais Hikaru partir encore plus profondement dans sa réflexion à mesure que la nuit fraiche s'installait. Je resséra ma main toujours posé sur la sienne, il sursauta et me regarda avant d'afficher un sourire crispé... Il a dû voir mon expression perplexe car il enchaina :

"Tu voudras bientôt rentrer chez toi je suppose. La nuit est déjà tomber."


Son regard se détacha du miens avant de se tourner vers le ciel nocturne qui offait à nos yeux l'éclat de milions de diaments. Mon coeur me faisait et j'avais très envie de vomir; ce qui me rend malade ce n'est pas qu'Hikaru pense que je suis une chieuse mais que moi je ne sache pas ce que je veux. Je le regardais avec intérêt, une fine fumée s'échappait de ses lèvres car la température baissé, son visage serein contrasté avec le voile sombre de la nuit. Ses cheveux d'un roux si flamboyant tombaient sur ses yeux mis clos. Il était juste irrésistible enfaite.
Je m'approchai de lui et posa ma tête sur son épaule pour enfin, maladroitement, prendre sa main dans la mienne. Sans pouvoir dire un mot, sous le regard curieux d'un millard d'étoiles.




_________________

Your blood is mine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Protector of Animals !

avatar


Points :
15 / 10015 / 100

Masculin
► Messages : 233
◄ Inscrit le : 21/12/2010
Age : 23
Localisation : Dans un arbre de la foret!

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Démoralisation

Jeu 10 Mar - 18:26

La nuit tomber peu à peu. La température dégringoler et bientôt ma respiration rejeter une fumée grisâtre dans l'air. Je pensais que maintenant je devrais rentrer et laisser B.Soul rentrer à son tour chez elle, quand elle posa sa tête sur mon épaule et pris ma main dans la sienne. Aucun mots ne fut prononcer. Cette instant était magnifique, je sentais mon cœur battre la chamade. J'avais l'impression que mon cœur, à chaque battement, propulser dans tout mon corps, une dose de bonheur. Je souriais bêtement, j'étais bien. Je ne voulais pas bouger, je ne voulais pas penser à autre choses, je ne voulais pas ne plus l'aimer. Bref je ne voulais rien d'autre.

Le temps passait, trop rapidement, je ne sais pas combien de temps s'est écouler, mais nous sommes humains et nous commencions à avoir froids. La fumée que nous rejetions augmentais au fur et a mesure. Le temps passer là, immobile sur ce banc, à écouter les vagues se fracasser sur les roches et à apprécier ce moment ne permettais pas que nous nous réchauffions. Je dis nous, mais peut être que B.Soul fait ça pour ne pas me briser le cœur ... Cette pensée me pinça lentement et douloureusement le cœur.

Comme B.Soul avais froid elle aussi, je me détacha délicatement d'elle pour attraper mon manteau, qui était à quelques centimètre de moi. Je lui recouvris les épaules avec. Elle se pelotonna dedans. Elle me regarda avec ses grands yeux et me souris. Je le lui rendis, un vrai sourire cette fois-ci. Puis elle se remit dans la posture où elle était avant. Sauf que cette fois-ci, je passa mon bras derrière son dos.

Le silence persister encore. Le froid aussi, je grelotais. B.Soul eut alors une délicate attention, comme elle remarqua que j'avais froid -ce qui n'est pas très compliquer- elle se couvris ainsi que moi dans le manteau. Mon manteau était très chaud, alors quelques minutes après je ne sentais plus le froid et je pus me concentrer sur ma magnifique camarade. Pour qu'on puisse se couvrir tout les deux, l'on était collé l'un à l'autre. Une fois cette "magnifique" déduction, comprise je rougis et je me sentais gêné. Mais j'étais quand même heureux.

Les minutes passèrent, nous restions dans notre silence, moi gêné par cette proximité soudaine, bien sûr tout en étant heureux. J'étais recroquevillé sur moi même et B.Soul elle était collée à mon bras. Je sentais sa présence, tout en moi était concentrer sur elle. Alors je lui dit presque en chuchotant :

"Ça va ? Tu n'as pas froid ?"

Je la sentis bouger légèrement et me répondre calmement :

_________________

H.H
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 68
◄ Inscrit le : 04/01/2011
Age : 27
Localisation : dans une rue sombre

Lun 21 Mar - 20:15

Le froid s'intensifiait autour de nous, et courtoisement Hikaru posa son manteau sur mes épaules. Je ne dis rien, et ferma les yeux pour écouter les doux murmure de la mer.
Son bras brûlait mon dos, pas de douleur... une chaleur douce qui m'irradiait de bonheur. Je culpabiliser de me sentir si bien alors qu'Hikaru devait avoir envie de partir loin d'ici, loin de moi.

Je n'eus pas le temps de continuer dans ma réflexion existentielle car je sentis grelotter à coter de moi, le grand et beau jeune homme [NDA: lecteurs, je parle d'Hikaru ! muahahah *sors*] instinctivement, je mis autour de lui son manteau. On se retrouva collé l'un à l'autre entouré de notre chaleur mutuelle. Bon, la situation est plutôt gênante et Hikaru se recroquevilla; le silence était maître mais le beau roux chuchota :

"Ça va ? Tu n'as pas froid ?"


La question me parut vraiment simplette sur le coup et je répondit trop calmement.

" Auprès de toi, je ne peux pas avoir froid, Hikaru..."


La phrase à double sens qui tue.... C'est la chaleur qui me monte à la tête ce n'est pas possible comment je peux balancer des trucs pareils aussi naturellement.... Ah Hikaru me regarde bizarement... Je le repousse dans un premier temps et après je lui fait des sous-entendus; mais il est si attirent... avec ses yeux mi clos, ses cheveux ébouriffés et ses lèvres, pleines, douces...

Mon visage rougis s'avança vers le siens et ce fut à mon tour de m'emparrer de ses lèvres, une grande chaleur m'envahit douce et violente. J'aime le goût de ses baisés, du contact de sa peau contre la mienne...
je posa une main sur sa poitrine, son coeur battait si vite, si petit, si palpitant... je le voulait miens.

_________________

Your blood is mine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Protector of Animals !

avatar


Points :
15 / 10015 / 100

Masculin
► Messages : 233
◄ Inscrit le : 21/12/2010
Age : 23
Localisation : Dans un arbre de la foret!

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Démoralisation

Mar 22 Mar - 17:06



" Auprès de toi, je ne peux pas avoir froid, Hikaru..."

Tout d'abord sa voix me parut calme. Puis les mots me remontèrent au cerveau. Cette phrase est à double sens ?! Ce qui me gêna mais, en même temps me rassura un peu, elle ne me déteste pas ! Je ne suis pas un de ses idiots de courtisans. Je suis déjà plus, un ami.

Elle se tourna vers moi. Mon regard était étonner et surpris, je ne comprenais pas vraiment se qu'elle ressentait et ce qu'elle voulait me faire passer comme message. Elle me regardait intensément, son regard si beau me couvais. Je voulais sourire et en même temps me cacher, mais son regard m'hypnotisais. Je ne pouvais décrocher. Pour moi elle est si parfaite. Je ne saurais la décrire autrement.

C'est donc ça, la chose qui fait chanter les oiseaux, briller le soleil, mettre de la couleurs dans tous ce que notre vue peut voir ... L'amour ! Je suis si bien avec elle ! Je n'ai peur de rien, sauf une chose, ne plus l'aimer. Ne vois plus que ses mauvais côtés -si seulement elle en a-, ne plus pouvoir la supporter .... Tous ça me fais peur. C'est le cercle vicieux de l'amour ...

Je la contempler, en même temps perdu dans mes pensée, mais je vis clairement, quand elle rougit. Je m'inquiéta, donc je me concentrer sur elle. Puis elle jeta ses lèvres sur les miennes, doucement et calmement. Je sentis mon cœur battre la chamade. Il s'emballa à cause du toucher magique de nos lèvres. Je sentais une chaleur apaisante et réconfortante se propager en moi. Je sentais mon inquiétude et ma tristesse me quitter. Une simple amie ne vous embrasse pas comme ça.

Elle plaqua une de ses mains fine et douce sur mon torse, ce qui fit que mon cœur s'accéléra de nouveau. Je profitais de ses lèvres douce et légèrement sucré. Quant à moi, je mis mes mains délicatement sur son dos. Le baiser se rompit. Nos lèvres se détachèrent péniblement, nos regard se fessait face. Ses yeux briller étrangement, les miens aussi je pense.

Je me sentais bien, paisible, heureux. J'avais envie de chanter et de crier de bonheur sur tous les toits. Je voulais danser et la prendre dans mes bras. Je ne voulais plus la quitter. Je l'aime, je l'aime tellement. Je ne veux pas la voir triste, je ne veux que son bonheur. Elle passe avant tout ! Je le regardais, elle aussi, aucun de nous deux ne briser le silence, ni même ce regard. Alors je chuchota quelques simple mots. Révélant à elle seule mes sentiments.

"Je t'aime !"

C'est mots était pour moi très important. Dans notre coin de paradis, je lui révéler mes sentiments. Sentiments intense et sincère. Pour lui montrer que je l'aime vraiment, je l'embrassa à nouveaux. Cette fois-ci plus délicatement et tendrement. Nous restions bras dans les bras quelques minutes avant de voir que le froid était de plus en plus rude. Mon manteau ne suffisait pas. Je ne savais pas quoi faire ... Alors je proposa :

"Tu veux aller chez moi ? Comme il fait froid ... Ça fait très bizarre excuse moi ..."

C'est vrai que dire je t'aime et ensuite tu veux venir chez moi, fait un peu étrange ... Elle me regarda étrangement mais elle me souris et acquiesça. Nous nous levions et nous dirigeons vers chez moi.


La suite dans le quartiers résidentiel dans la maison de Hikaru, Pikachu, Razel et Ruika.

FIN

_________________

H.H
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ► District Nord-Ouest :: Forêt-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit