AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




 

Mais qu'est ce que je fous ici moi ?! [PV Weko]


avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 117
◄ Inscrit le : 21/02/2011
Age : 27
Localisation : Où... Où suis-je ?

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Les couleurs

Jeu 25 Aoû - 18:53

je ne peux dire si Alyss était dans un état de contemplation ou de confusion. En tout cas, la situation était la même... Elle était debout, la bouche grande ouverte, et elle regardait le haut plafond de la pièce ou elle se trouvait. C'est fous ce qu'on peu trouver quand on cherche un peu plus. Qui aurait crus qu'il y avait cette pièce énorme dans cette bibliothèque immense ? Tout le monde ? C'est sur que si on triche en regardant le plan du bâtiment, tout le monde peu le faire. Alors que Alyss, elle, a trouvée cette gigantesque pièce toute seule, comme une grande. Elle à poussée une porte, lourde certes mais elle n'as plus six ans... Elle, stupéfaite, elle à trouvée ceci.
Elle baissa les yeux et trouva une scène. Il y avait des petits sièges rouge, comme à l'endroit qu'on appelle "cinéma", cette chose splendide qu'Alyss à découvert grâce à XIII. Alors, elle s'avança vers la scène en touchant chaque fauteuils rouge de l'index.

Le plafond était peint. Il y avait ds anges qui tournait en rond autours d'un paysage magnifique et, dans ce paysage, il y avait une monsieur tout pâle. Les cheveux brun... Alyss ne savait pas qui c'était et elle n'en avait rien à faire ! La peinture est un des seules domaines où elle s'y connaissait un minimum. Les dégradé de couleurs, les vaste coup de pinceaux. Les différents style et surtout elle avait retenus tout les grand peintre de toutes les époques importante pour la peinture. Le plus connus étant Picasso.

Quand elle était sur la scène, elle regardait avec des yeux ronds toute la pièce immense. Elle se sentait un peu importante sur cette scène. Elle pris une inspiration assez grande pour que le lacet de son corset se décrocha un peu. Elle refis le nœud avec son lacet noir. Tapota sa minijupe noir pour enlever la poussière. Elle tourna la tête a droite, puis à gauche pour s'assurer qu'elle était seule dans l'auditorium. Puis, elle finis part dire :



- " Kon'nichiwa shinshi shukujo wa, dono yō ni mina ka? "


Voyant que sa voix se répandait partout dans la pièce en ayant un certain écho, un certain sourire se grava sur ces lèvres. Elle sautillait sur la scène, heureuse de SA découverte. Elle comptait bien faire de cette salle son Q.G ! On était samedi, pas cours pour les lycéens, ça veux dire pas de boulot aujourd'hui pour elle. Le seul truc qu'y la rendait un peu déçus, c'était que XIII sois en train de travailler au restaurant. Elle aurait voulus qu'il sois là pour le découvrir avec elle. Même si il avait sûrement déjà vus cette endroit, elle aurait voulus être dans ces bras sur cette scène.

Puis, elle ouvrit les yeux en grand quand elle vis une jeune femme au cheveux noir ouvrir la porte. Cela voulait dire qu'elle l'aurait entendus crier dans la salle des trucs incompréhensible pour tout le monde sur cette île ? Les joues rouge de honte, elle se dépêche de descendre de cette scène où elle faisait minuscule et ridicule dessus et s'installe profondément dans une siège en velours rouge. Elle aurait voulus fondre sur place et ne plus jamais se restructurer.

Ayant un élan de courage, elle se leva et se décida à lui adresser la parole. Cette fille avait l'air sympas, et puis, pourquoi rester seule dans une pièce aussi grande ?
Seulement, à chaque pas qu'elle faisait, 1% de son courage s'auto-détruisait. Les joues rouge, elle souris à la jeune femme pour lui dire :



- " Euh... Bonjour... je vous avez pas vus rentrer, alors, je me suis permis de crier... Gomen nasai ! Honto gomen ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 69
◄ Inscrit le : 24/03/2011
Age : 22
Localisation : Dans le lit de ta mère

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Pensée

Sam 29 Oct - 17:07

Weko retournait souvent à la bibliothèque. Chaque fois, elle prenait un livre au hasard et le feuilletait, ne piochant de cet ouragan de phrases que quelques mots, puis les savourant. Elle humait l'odeur de vieillesse que portaient les pages, et s'en imprégnait. Puis elle en prenait un nouveau, et ré-entamait son rituel, comme une source vitale qu'elle ne pouvait s'empêcher d'accomplir. Evidemment, consciente que ça ne soit pas tout à fait "normal", elle restait discrète. Elle partait souvent près de la grande porte de l'auditorium mais n'y était jamais rentrée, ne sachant pas si elle en avait le droit. Bref, aujourd'hui encore, elle s'adossa à cette porte, un livre en mains. C'est alors que sortit un clameur étrange de la pièce d'à côté.
Intriguée, Weko se décida à entrer.

J'entrebâillai la porte et passai ma tête dans l'ouverture que je venais de créer. Une jeune fille aux cheveux roses se tenait sur un scène immense, et, émerveillée, clamait des paroles dans une langue étrangère puis en écoutait l'écho. Elle se retourna et m'aperçut, puis, gênée, descendit de la scène et s'assit dans l'un des nombreux sièges rouges. Je restai perplexe.
Enfin, elle se leva, et s'approcha lentement de ma personne. A chaque pas, ses joues rougissaient un peu plus. Quand elle fut à ma hauteur, elle entre-ouvra ses lèvres et dit :

- " Euh... Bonjour... je vous avez pas vus rentrer, alors, je me suis permis de crier... "


Elle ajouta un mots, ou plusieurs, dans l'autre langue que, désolée, je ne puis retranscrire.
Je la regardai un peu plus, la détaillant. Ses cheveux, roses, étaient relevés par des rubans violets en deux couettes frisotantes qui lui descendaient sous les seins. Un frange surmontait ses grands yeux prunes. Elle portait une robe propre aux fillettes gothique-lolipop-manga, mais elle le portait bien. Sa peau était pâle et semblait douce, sans imperfections. Je lui souris en retour.

-"Bonjour ! Pas de problèmes, il n'y a pas de mal à ça."

Elle parut rassurée et émit un rire discret, en signe de contentement.

_________________

JE MORDS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 117
◄ Inscrit le : 21/02/2011
Age : 27
Localisation : Où... Où suis-je ?

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Les couleurs

Ven 30 Déc - 0:06

"Bonjour ! Pas de problèmes, il n'y a pas de mal à ça."


Heureuse de ne pas avoir été prise pour une folle, un petit rire sortit de sa gorge, un rire discret. Mais, qui dans l'immense salle, n'as pas pus avoir le potentiel d'être discret car, le raisonnement de cette salle laissait le rire de la jeune femme se répandre pour créer une cacophonie monstrueuse.
Prise d'étonnement, Alyss mis ses mains sur sa bouche, comme si ce geste allait cacher le bruit.
les joues rosé de honte, Alyss se retourna, puis marcha vers les fauteuils en velours rougeâtre. Elle voulait disparaître. La honte est pour elle une des pires choses qu'il puisse arriver. Elle déteste ce sentiment comme l'homme hais et fuis la Peste.

Plusieurs minutes ce sont passé dans un silence brute. Une sorte de silence pesant que, chaque bruit, ou geste se fait entendre. Comme si le moindre éternuement pourrais faire trembler la Terre entière.
Alors, pour détendre légèrement l'atmosphère, Alyss voulus engagée la conversation. Elle se leva, et chercha du regarde la jeune fille au cheveux brun. Elle l'as trouva vers la scène, en train de contempler l'endroit.
Alors, Alyss se leva doucement et marcha vers elle, pour ensuite dire :



"Euh, excuse moi, je ne me suis pas présentée... Je m'appelle Alyss. Et... Vous ?"



La jeune Alyss opta pour le vouvoiement, cette forme de politesse qui marque un signe de respect envers l'interlocuteur. En effet, même si Alyss ne connaissait pas bien la langue utilisé sur l'île, elle avait quand même les bases de la politesse.
Alyss n'était pas encore bien en face de la jeune fille, elle marchait encore vers elle, jusqu'au moment ou elle marcha sur un de ses lacets de Dock's Martin's... Elle compris qu'au moment ou son front heurta le sol que la chute était plutôt rude à encaisser. Mais, elle était toujours vivante, cela était un fait.

Cette chute aurait pus être dans les bêtisier télévisé si la salle avait des caméras. Heureusement pour elle, cette immense pièce n'était pas approprié de cette technologie a distance.
Elle se releva et vis un sourire sur le visage de la jeune brune. Sa y est, toute sa crédibilité était réduite à néant !
En l'espace d'une fraction de seconde, elle vis tout le respect qu'elle aurait pus avoir grâce a son langage ou même part rapport à son âge, s'envoler sous ses yeux, sans qu'elle ne puisse rien faire.

Alors, pour faire volte face à sa cascade monumentale, elle se mis à rire d'elle même. Chose dont elle n'avait aucun talent... En espérant que le faux rire ne se lise pas directement sur les yeux d'Alyss...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 69
◄ Inscrit le : 24/03/2011
Age : 22
Localisation : Dans le lit de ta mère

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Pensée

Ven 30 Déc - 14:50

Ce petit rire était visiblement amplifié par l'immensité de la pièce. Le doux grattement de sa voix dans sa gorge se cognait aux murs aux grandes tentures, sur le plafond recouvert de peintures... Ce petit gloussement prenait des ampleurs monstrueuses. La jeune fille en fut immédiatement honteuse. Elle porta ses longues mains à sa bouche et ses pâles joues se couvrirent de plaques rosâtres. Elle baissa les yeux et se retourna, puis rejoint un des fauteuils au velours rouge et s'y enfonça profondément. J'attendis un peu, mais elle resta assise et personne ne prononça une seule parole.
Je m'avançai alors vers la gigantesque scène qui s'offrait à moi. Mes pas résonnèrent à leur tour et je me surpris à marcher sur la pointe des pieds. J'admirai les les couleurs au plafond. Elles représentaient une scène connue comme j'en avais déjà vues auparavant : le Christ se tenait à moitié mort au centre, entouré d'angelots voletant. Je ne suis pas croyante, mais cela ne m'empêche pas d'avoir un minimum de culture. Ce style très cru et réaliste était frappant, mais je n'en fus pas spécialement touchée. Je me contentrai d'admirer le travail fourni, et tentai d'imaginer ses créateurs en plein travail. A demi-pliés sur une échelle, tentant de reproduire cette scène avec le plus de précision possible... Ou bien sur de grandes feuilles, par la suite appliquées sur la partie supérieure de la pièce...
Tous mes sens de perception centrés sur la peinture, je ne vis et n'entendis pas la jeune fille s'approcher. Je sursautai un peu lorsqu'elle m'adressa la parole :

"Euh, excuse moi, je ne me suis pas présentée... Je m'appelle Alyss. Et... Vous ?"

Elle avait hésité entre le vouvoiement et le tutoiement et avait finalement utilisé les deux. Je me sentis un peu perdue. Quel âge pouvait-elle avoir ? Elle avait le corps fini d'une femme mais son visage restait relativement poupin, et son comportement indescriptible. Gêne enfantine ou timidité naturelle ? Je me décidai pour dire qu'elle devait avoir tout au plus 5 ans de plus que moi.
Je n'eus pas le temps de lui répondre qu'elle s'étala à mes pieds. Mes parents ne me l'ayant pas dit eux-mêmes, j'avais bien assez souvent entendu ceux des autres répéter sans se lasser à leurs enfants qu'il faut qu'ils nouent leurs lacets s'ils ne souhaitent pas trébucher. Néanmoins, elle devait s'être fait relativement mal. Ce que je pus constater à la marque qu'imprégnait son front quand elle se releva. Elle émit un rire qui me sembla faux, et ses joues n'étaient plus roses, mais rouges. Alertée, je lui demandai quand même :

"Ca va ? Tu... euh, vous ne vous êtes pas fait mal ?"


_________________

JE MORDS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 117
◄ Inscrit le : 21/02/2011
Age : 27
Localisation : Où... Où suis-je ?

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Les couleurs

Dim 29 Jan - 14:53

"Ca va ? Tu... euh, vous ne vous êtes pas fait mal ?"


Une envie de fuir la réalité et de s'évaporer pris vite le dessus dans l'esprit d'Alyss... Elle avait vraiment l'impression d'être nulle, stupide et pas du tout crédible avec n'importe quel réponse qu'elle aurait donné...
Cette salle était immense, le bruit de la chute avait résonné dans a peut près... Un rayon de 10 mètres, voire 15 quand on y réfléchis bien ! Heureusement que les murs étaient assez épais pour que les gens de la bibliothèque, la salle juste à coté de ne raboullent pas pour aller la voir. Être le centre d'attention est la chose la plus horrible qui puisse lui arriver depuis que "l'accident" est arrivé. Être la plus discrète, la plus petite possible était une chose importante pour elle. Dans sa tête, tous les jours il y avait une phrase qui résonnait en boucle : "Tait-toi, soit discrète, le plus possible !"

Elle releva la tête pour paraître normale, il fallait répondre quelque chose et le plus vite possible. Alors, elle se mis a faire des gestes inutiles avec une rapidité incroyable. Si il y aurais un examinateur de "World Guiseness Records" elle aurait bien gagnée un diplôme de la fille la plus ridicule du monde.



"Ouais, je vais bien, ne vous inquiétez pas... J'ai l'habitude de me vautrer comme ça. Mais c'est la première fois que c'est devant quelqu'un... C'est gênant à vrai dire."


De près, la jeune fille lui sembla plus petite qu'il y a à peine dix minutes... Elle devait faire à vus de nez 1m60... Effectivement plus petit que la jeune femme.
Ne sachant pas quoi dire, Alyss resta debout, face à elle sans rien dire. Puis, comme prise d'illumination, elle se rappela de sa précédente question.



"Et donc, moi c'est Alyss. Et vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ► District Sud-Est :: + Bibliothèque :: (( Auditorium.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit