AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Calme et paix réunis dans un même lieu {Pv.Yumi

Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 23
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Sam 2 Oct - 20:59

    "Si vous jugez le livre, le livre vous juge aussi."

    Calme et paix, comme deux esprits habitués du lieu, encensaient l’air de leurs halos apaisants. Les rayons de l’astre solaire à travers les grandes fenêtres victoriennes passaient en raies de lumières changeantes et fluctuantes à la mesure du passage des flocons d’eaux flânant dans le ciel comme autant de vaisseaux silencieux dont l’imaginaire de l’enfant fait naître le fantasme.

    Dans l’endroit, les ouvrages à l’air savant se disposaient en voisins calmes le long d’étagères à l’agencement choisi. Chargés de leurs écrits comme d’une personnalité, ils se réunissaient avec une forme de logique harmonieuse parfois entrecoupée par quelques vides et chutes venant signifier l’absence, cause à quelques emprunts sans lien apparent d’êtres, aux cœurs battants, venus les ravivés à la flamme de l’imaginaire et de l’expérience. Cet endroit était le premier lieu qu'avait visité ici...il y a à peine quelques jours...

    - Le scarabée sacré fait partie d'une grande sous-famille de coléoptères connue sous l'appellation de "bousiers". Ces insectes sont coprophages, c'est-à-dire qu'ils se nourrissent des excréments des grands mammifères herbivores. Ce sont des insectes très costauds et opportunistes. Hum...

    Relevant enfin les yeux de son bouquin, Hotaru avait affiché une moue songeuse. Jamais elle n'aurait cru qu'on pouvait être sacré tout en avalant des bouses. ça remettait entièrement en question le principe de hiérarchie. Ce que d'autres auraient bien envie de remettre en question, c'était probablement le genre de bouquins qu'elle lisait pour passer le temps. Oui, car la demoiselle n'était pas en train de réviser pour un cours, elle n'était pas non plus en train de préparer un exposé, elle était bel et bien en train de se distraire.
    Là où d'autres auraient décidé d'aller voir un film, de se faire un karaoké entre amis ou tout simplement une soirée télé en pyjama avec une boîte de mouchoirs à portée, Hotaru avait décidé de lire un bouquin sur les scarabées, et ceci juste après la fin de ses cours. Cours qu'elle venait de quitter il y a toute juste trente sept minutes pour venir s'asseoir sur ce banc avec le livre qu'elle avait emprunté à la bibliothèque quelques heures plus tôt. Oui, les jeunes qui allaient à la bibliothèque existaient toujours ! Ce n'était pas une légende ! En revanche, ceux qui allaient à la bibliothèque pour emprunter ce genre de bouquins devait se faire plus rare. Et pourtant, le perle bleue avait l'air passionné par sa lecture au point d'y replonger à peine quelques secondes plus tard avec un air plus qu'intrigué au point de n'accorder qu'une très légère attention aux alentours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
Invité
Invité
avatar



Sam 16 Oct - 16:29


Jamais je n’avais accordé d’importance à la vision que les autres avaient de moi. En général, c’était toujours quelque chose de négatif alors je préférais ne pas m’y fier. Qui étaient ils pour me juger sans même m’avoir parlé ? Car oui, je ne parlais à personne, et en retour, personne ne me parlait. Ne serais-ce que par crainte, ou juste parce que je faisais, à leurs yeux, partie de cette qualification subjective appelée plus couramment « les intellos ringards. »
Oui, j’avais très bien compris comment les autres fonctionnaient avec moi, et c’est pourquoi mon asociabilité ne s’était qu’amplifiée.
Avant, j’avais l’éternelle et bonne habitude d’être seule. Au bout de dix-sept années, il avait bien fallu que je trouve un passe-temps qui me passionnait et pouvait me rendre heureuse. Je l’avais trouvé. Le bonheur que je n’avais pas réussi à trouver chez les autres, les livres me l’avait apporté.
Je jetai un rapide coup d’œil à l’entrée, vérifiant que les « faux » lecteurs n’étaient pas dans le coin. Vous savez, ceux qui font genre qu’ils aiment lire et qu’ils sont super intelligents juste pour se la péter ? Ce fut avec grand plaisir que je ne les aperçu pas. En fait, le nombre de personne présentes dans la bibliothèque ne devait pas dépasser une dizaine de personnes. Je soufflai et entrai. Évidemment, la première chose qu’on se demande en arrivant dans une bibliothèque c’est : Qu’est ce que je vais lire.
J’aimais un peu de tout. Mais ce que j’aimais le plus, c’était les histoires tragiques. Drames, passions dévastatrices, ça me permettait de relativiser sur moi-même. J’allai à l’étagère ‘ théâtre’ et pris une pièce au hasard.
Le temps étant tantôt fade, tantôt ensoleillé, les lumières sur les tables étaient tamisées de telle sorte qu’on se sentait comme dans un cocon chaleureux. Aucun bruit ne venait troubler la quiétude de la salle, c’est pourquoi je serrai les dents, de peur d’être montrée du doigt, lorsque suite à une maladresse de ma part, ma chaise émit un bruit aigu. Effectivement, j’entendis de vagues « shut ! » venant des tables aux alentours ainsi que de la bibliothécaire elle-même. Je m’assis tant bien que mal, allumai la lampe près de moi, et commençai ma lecture.
Pourtant, malgré le silence stagnant, malgré la chaleur agréable, malgré l’apparence paisible de cet endroit, quelque chose n’allait pas.
« Va, je ne te hais point. » lis-je intérieurement.
Je fermai les yeux, tachant de m’imaginer à la place de ce personnage si particulier qu’est Chimène. Elle était folle, c’était sur, de pardonner à son amant de tuer son propre père. Aurai-je fait la même chose ? Je me laissai aller à cette réflexion, voulant à tout prix éviter de penser au malaise qui m’avait pris quelques secondes plus tôt. C’était peine perdue. A peine eus-je finis par me dire que j’en aurais fait tout autant que Chimène pour l’homme que j’aime, que cette impression de malaise se renouvela dans mon esprit.
Agacée par cette sensation qui parasitait mon plaisir, je vérifiai une nouvelle fois la salle, analysant les personnes qui y étaient présentes. Tout était là, le calme, les livres, et…
Tu es stupide, dit une voix au fond de moi. C’est toi qui es dérangée, voilà la vérité. Tu te déranges toi-même.
C’était sans doute vrai, admis-je. Aussi, je me remis à ma lecture. Dès que ma page fut tournée, j’entendis un soupir. Un long et déchirant soupir. Au début, je crus qu’il venait de moi, mais je m’aperçus très vite, que le son venait d’une jeune femme se situant à quelques mètres de moi. Ne trouvant rien de plus intéressant à faire, je me mis à la détailler, songeant à rester discrète. Elle devait sûrement être un peu plus jeune mais pas tant que ça. Elle était assise de façon décontractée, ses longs cheveux violines dégringolant le long de son buste, ses yeux bleu fixant intensément le livre. Elle semblait appartenir à son monde, enfermée dans sa bulle, on aurait dit qu’elle allait finir par être aspirée par le livre.
Eus-je crié comme une sourdingue, je suis certaine qu’elle ne s’en serait pas rendue compte.
Mais qu’est ce qui pouvait bien la passionner autant dans son livre ? Je penchai la tête afin d’essayer de lire le titre, mais à ce moment là, la jeune femme me remarqua et fixa cette fois ses deux yeux limpides dans les miens. Avec fermeté, sans pour autant paraître méchante, je soutins son regard. Mes rubis sondèrent ses turquoises. Elle semblait autant intriguée que moi. Enfin, avec un sourire au coin de la bouche, je me levai, brisant notre lien, et partis remettre mon livre en place en en cherchant un autre. Je vis au loin, qu’elle continuait encore à me fixer. Je la vis se lever à son tour. Mon sourire s’agrandit.
Revenir en haut Aller en bas
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 23
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Sam 30 Oct - 8:40

    Le vent soufflait doucement et tendrement dans leur direction, faisant flotter légèrement ses cheveux sur son haut. Les bruissements de ses mouvements tintés doucement dans ses oreilles jusqu'à ce qu'il ai fermé le livre. Ses iris bleutés se dirigèrent ensuite vers elle de manière calme, un discret sourire sur son visage, se fondant ainsi dans l'atmosphère de la bibliothèque. Hotaru en était légèrement surprise et soulagé, tandis que son esprit se calma, enlevant peu à peu la peur et la solitude de son cœur. Un doux sourire se forma sur son visage en la regardant. C'est plutôt étrange mais la jeune fille n'avait pas rit, ne s'était pas moqué, n'avait rien dit... elle ne s'était moqué ou n'était pas partie en courant. Ceci lui faisait le plus grand bien.

    Lorsque cette dernière alla reposer son livre, la perle d'eau continuait doucement de la regarder. Elle était assez intriguée par cette jeune femme qui avait perdu son regard cuivré. Elle était dotée d'une longue chevelure bleue aux reflets argentés qui lui arrivait au niveau des reins et étaient, il lui semble, plus lisses que les siens. Sa taille élancée et fine s'accordait majestueusement avec son élan.

    Une petite silence, rendant l'atmosphère parfois aussi lourde que calme. Presque seules dans la bibliothèque, sans aucun bruit aux alentours, attirant ainsi presque le moindre bruit que pouvait faire les deux jeunes gens.

    " En se sauvant avec son butin, le scarabé évite la compétition des autres insectes qui, eux, demeurent sur le site de la bouse. !!!"

    Quoi maintenant ? Tu vas nous dire que cet insecte remonte dans ton estime parce qu'il a l'esprit compétitif ? Non... elle va simplement se relever d'un bond, d'un seul, comme si elle venait de comprendre le sens de cette espèce, en levant les bras dans un geste victorieux...

    Finalement Hotaru aussi se releva, elle n'en pouvait plus de ce livre sur les scarabées, chassant ainsi ses rêves sur la mythologie égyptienne. Marchant et regardant de tout les côtés comme une gamine. On aurait dit une ahurie, les personnes présentes la dévisagèrent encore une fois et chuchotèrent à leurs compères à voix basses. Elle reposa son livre dans les rayons sans une seule ombre d'hésitation, sa mémoire ne lui jouait pas encore de tour. A présent, elle n'était plus qu'à quelques pas de l'inconnue au bataillon. Pour ne pas paraître égoïste et s'enfuir en courant, Hotaru se tourna légèrement vers la jeune lectrice. Elle pencha légèrement sa tête sur le côté et demanda timidement :

    "Excusez moi... il.. il me semble ne jamais vous avoir vu. Elle pouvait en être sûre d'ailleurs... Vous...Vous vous y connaissez en livres ?"

    Décidément, elle n'arrivera jamais à finir ses idées devant quelqu'un... D'abord elle parle de sa nouvelle arrivée sans lui demander si elle était nouvelle puis finalement dérive sur les livres et le lieux où elles somnolent.Une honte grandissante s'exposait à présent clairement même si ses joues avaient toujours eu l'incapacité de devenir écarlates, on sentait sa gène dans toute la pièce. Malgré tout, attendant toujours sa réponse, elle continuait de la regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
Invité
Invité
avatar



Dim 5 Déc - 18:20

"Excusez moi... il.. il me semble ne jamais vous avoir vu... Vous...Vous vous y connaissez en livres ?"

Je me retournai en entendant la voix cristalline de mon interlocutrice. Elle paraissait hésitante, curieuse... Que m'avait-elle demandé déjà ? Mon regard s'attarda sur ses cheveux que je lui enviais, puis finis par croiser ses yeux intrigués. Le problème étant que je n'avais pas compris un mot de ce qu'elle venait de me demander. Je finis par hocher la tête, sans savoir pourquoi. Je me retrouve toujours dans ce genre de situation stupide et grotesque. Elle parut encore plus surprise par mon geste. Avais-je répondu quelque chose qu'il ne fallait pas ? Je ne pris pas le temps d'y réfléchir et pris un livre sans même le regarder avant de m'asseoir à la table la plus proche, sentant le rouge me monter aux joues. Et si je l'avais vexée ? Cette question résonna dans ma tête. Effectivement, elle ne devait pas rencontrer souvent des gens comme moi. Cependant je n'osai pas relever la tête de peur de la voir me fixer. Je tentai de me calmer, de me reprendre. D'un coup d'œil, je vérifiai le titre du livre que j'avais pris. " Les scarabées de la mythologie égyptienne" ... Cette fois, je n'hésitait plus et relevai la tête sans me soucier de la teinte écarlate qu'avaient à présent pris mes joues. J'avais eu raison. Elle continuait de me lancer des coups d'œil... Ne sachant pas comment réagir, je me relevai brusquement afin d'aller ranger le livre qui avait auparavant été dans les mains de la belle violine. Malgré toute la volonté que j'avais et toute la fierté que je voulais faire paraitre, mon ascension jusqu'à l'étagère fut un véritable fiasco. Tout d'abord, parce que, trouvant fascinant les lacets de mes chaussures, je ne les quittai pas des yeux. Ensuite, parce que, faute d'une maladresse permanente, mes pieds avaient glissé et je m'étais retrouvée par terre, devant la jeune femme, l'air piteux. Je ramassai le livre, non sans laisser un juron chuchoté traverser la fente de ma bouche. Et pour couronner le tout, je la vis me tendre une main afin de m'aider à me relever. Main que, bien sur, j'hésitai à accepter. Je la regardai... Son visage était inexpressif, même si, au fond d'elle j'en étais sure, elle devait s'écrouler de rire. En tout cas, je pris sa main, songeant que n'importe qui d'autre ne se serait pas gêné pour traduire ses pensées moqueuses, me relevai en m'époussetant et rangeai enfin le livre à sa place. Puis, je me mis face à ma sauveuse.

" Excusez moi, je suis très maladroite. Merci de m'avoir aidée. "

J'évitai son regard et retournai m'asseoir, sans plus rien à lire. Je me traitai mentalement d'idiote, d'imbécile, et de tous les noms possibles et inimaginables quand j'entendis la chaise d'à côté se déplacer.

[ Pardon, c'est court, et en plus j'ai mis énormément de temps pour écrire... Je me rattrape la prochaine fois, promis ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 23
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Dim 19 Déc - 21:04

    Il y avait cette ambiance inexplicable de sérénité et de calme, pas un mot juste le bruit des pages se tournant dans un froissement régulier. Intégralement faites de bois allant du sol jusqu'au plafond en passant par l'immobilier, on se serait cru dans une de ces bibliothèques typiques d'autrefois ou juste quelques ordinateurs emmenaient une pointe de modernité. Des étagères remplis de livres de toues sortes occupées la majeur partie de l'espace se succédant les unes des autres avec minuties n'en finissant plus. Régulièrement, entre deux allées, des bureaux sombres d'un bois d'ébène s'étalaient argumentait de lampes au cas ou la lumière dégagée par les longs néons qui recouvrait toute la longueur de la pièce ne suffisait pas. Au centre, les ordinateurs s'alignaient les uns aux autres par paire, se faisant face. Des chaises et plusieurs tables les encadraient. Un peu plus loin, on pouvait apercevoir un grand bureau ou la paperasse s'empilait sur le bord derrière un siège en cuir noir matelassé, vide.
    Certains ouvrages, dont il était difficile de terminer l'âge , dégageait une odeur de vieilli qui venait se mêler aux flagrances de résines du mobilier qui avaient fini par imprégner les murs, donnait cette impression d'ancienneté, comme si le temps s'étaient figés. Parfois, la porte s'ouvrait faisant teinter une clochette qui brisaient le silence par ces tintements cristallins.

    Alors que la jeune femme rangeait son livre, elle fit une chute rapide vers le sol. Vous savez grâce à quoi ? La loi de gravité bien sur, bande d'incultes. Hotaru était légèrement inquiète pour la jeune femme, tellement qu'elle osa plus rapidement que d'habitude, de donner sa main pour l'aider. Au plus grand soulagement de la perle d'eau, la jeune fille aux cheveux clairs accepta sa main et se releva.

    Une petite silence, rendant l'atmosphère parfois aussi lourde que calme. Seuls dans l'a bibliothèque, sans aucun bruit aux alentours, attirant ainsi presque le moindre bruit que pouvait faire les deux jeunes gens. Attendant toujours sa réponse, elle continuait de le regarder, curieuse du fait qu'il ne répondait pas de suite mais au contraire semblait être légèrement perdue.

    " Excusez moi, je suis très maladroite. Merci de m'avoir aidée. "

    Finalement elle repartie s'asseoir un peu plus loin sans regarder Hotaru. Cette dernière, pour une fois qu'elle réussissait à faire des efforts, n'allait pas arrêter là. Elle la rejoint après quelques minutes de réflexion en tirant une chaise près d'elle pour s'y poser telle une feuille sur le sol. Elle ne sourit pas mais l'appésa doucement :

    - Ne t'inquiètes pas... ça arrive à tout le monde. Dit...c'est, c'est quoi ton nom ?

    Applaudissez là bien fort, bien haut : Hotaru a réussit à aligner un phrase a peu près correctement. D'accord sans sourire et un peu froidement mais on pouvait pas tout avoir hein ! La jeune fille espérait ne pas lui faire peur, ne pas la brusquer ou autres... Ce n'était pas du tout son attention. Elle rapprocha timidement sa chaise et posa ses doigts sur le rebord de la table face à elles.

    [T'inquiètes pas, j'ai aussi été débordée et reviens tout juste =)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
Invité
Invité
avatar



Jeu 30 Déc - 19:40

- Ne t'inquiètes pas... ça arrive à tout le monde. Dit...c'est, c'est quoi ton nom ?

Je regardai ma voisine avec des yeux ronds. Elle me demandait ... mon nom... hm. Décryptage...Oui, je suis un peu longue à la détente. Et en général on ne me demande pas mon nom en fait. Heu... Je dois répondre non ? Elle n'a pas vraiment l'air de venir chercher la bagarre... Elle a même l'air plutôt calme. On se ressemble de ce côté là. Je lui fis un sourire aimable :

- Je m'appelle Yumi. Enfin... Asuka, en fait. Mais je préfère qu'on m'appelle Yumi, ici. Yumi, c'est nuage, donc pureté, calme. C'est apaisant, ça reflète ma nouvelle vie. Et toi, tu t'appelles comment ?

Sûrement surprise par ma soudaine envie de bavarder, la jeune femme ne répondit pas immédiatement. Elle essayait peut être d'intégrer ce que je venais de lui dire. Bien que je ne pense pas être la seule à avoir changé de nom, ici, je suis sûrement une des seules à l'avoir fait pour les raisons que je connais.
...
Ces raisons me revinrent en pleine figure. Je ne devais pas créer de liens avec les autres... ça les faisait souffrir...

Flash back

Dans un coin de la pièce, une jeune fille aux cheveux verdoyants était repliée sur elle-même et tremblait. Sentant des pas proches arriver à sa hauteur, elle releva timidement les yeux et les agrandit de terreur...

- A...Asuka... Qu'est ce que tu fais ?

Ses tremblements augmentèrent et devinrent de plus en plus intenses.

- Arrêtes ! Arrêtes-toi !

Puis une onde frappa son visage à présent couvert de ses larmes, ses prunelles virèrent au rouge, comme si son propre sang venait de s'y inviter. Elle hurla; son cri déchira la zénitude qui régnait aux alentours. Elle ne cessait de se débattre contre une force invisible qui pourtant ne semblait pas lâcher prise. Comme si elle entendait des voix, elle plaqua ses mains contre ses oreilles... Commençait alors son pur délire.

- Laissez moi... NON, STOP ! STOP !

Elle remua la tête dans tous les sens, cherchant désespérément à chasser ce qui la tourmentait. Elle eut tout juste le temps de rouvrir les yeux sur celle qu'elle croyait être son amie. Un sourire apparut au coin de la bouche de celle-ci. A nouveau la jeune perle émeraude cria à s'en détruire la voix. Elle s'effondra au sol et regarda l'autre...

- Tu... Tu m' as...

Puis ses yeux se fermèrent et elle n'émit plus aucun mouvement.
L'autre femme, qui avait assisté à la scène avec plaisir, regarda son amie avec un regard vide d'expression. Ses onyx reprirent leur teinte rouge habituelle et elle tomba à genoux près de la femme qu'elle venait de tuer.

Fin Flash back.

Non... Pourquoi faut-il que ses souvenirs reviennent me hanter maintenant ?! J'avais, de la même façon que dans mon souvenir, plaqué mes mains contre mes oreilles, chassant sans espoir un crime de mon âme. Je ne voulais plus me rappeler ça... Je ne voulais plus jamais faire de mal, et la seule façon était de rester seule, pour toujours...

- Hm... Tu vas bien ?

Elle avait assisté à toute la scène.. Que devais-je lui dire ? Que j'avais des accès de folie, que je pourrais très bien la tuer sans le vouloir ?
Ses sentiments vinrent à moi. Inquiétude, compassion.. Éprouvait-elle vraiment ses sentiments à mon égard ? J'avais du mal à le croire, et pourtant, mon don ne se trompait pas. J'aurais pourtant cru qu'elle m'aurait rejeté, comme les autres. Surtout que je ne devais pas vraiment passer pour un esprit sain à remuer la tête dans tous les sens depuis plusieurs minutes. Je fixai mon interlocutrice, lui assurai que tout allait bien. Je n'avais pas oublié qu'aucune attache ne m'était permise, il faudrait juste que je ne perde plus le contrôle comme je l'avais déjà fait... Il fallait simplement éviter ces sentiments inutiles que sont l'amour et la haine...[b]
Revenir en haut Aller en bas
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 23
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Ven 7 Jan - 18:13

    Hotaru se demandait, au bout de quelques secondes si elle lui avait demandé une chose méchante, si dire son prénom la dérangeait. Finalement elle lui répondit gentillement et paisiblement :

    - Je m'appelle Yumi. Enfin... Asuka, en fait. Mais je préfère qu'on m'appelle Yumi, ici. Yumi, c'est nuage, donc pureté, calme. C'est apaisant, ça reflète ma nouvelle vie. Et toi, tu t'appelles comment ?

    Yumi... Un très joli prénom en effet. Déjà dans la prononciation simple mais aussi très agréable embellissait le prénom mais en plus, de savoir que ce prénom voulait en réalité voulait dire nuage, ne faisait que le rendre magnifique. Nuage... une formation d'eau s'étant évaporer puis refroidit dans l'air pour se former sous forme de nuage. Si l'on ne regarde pas le côté scientifique, ces nuages ont quelque chose de magique : ils cachent le soleil, forme la pluie, décorent le ciel... Mais surtout ils ont des formes diverses et variées. Je suis sûre que vous aussi, vous avez déjà été à la fenêtre de la voiture ou même le nez en l'air en promenade pour essayer de trouver ce qu'était ce nuage, cette boule blanche : un cerf avec des ailes d'elfes, une chenille mangeant un homme qui court, un papillon avec des jambes sexy de femmes, un chat sans tête... de telles idioties que seul une intelligence humaine peut trouver. Allez ne vous cacher pas, on l'a tous fait ou on le fait toujours d'ailleurs. Quoi qu'il en soit Yumi était vraiment un prénom tout mignon et bien trouvé. Surtout que les cheveux de la jeune fille était tellement clairs que l'on pouvait imaginer un petit ange sur son nuage.
    Pourtant Hotaru aimait bien son «vrai» prénom : Asuka. Un prénom terminant par a sonnait toujours bien et ce prénom ajoutait douceur avec le s et les a mais aussi de la dureté avec le k. Oui, la jeune Yumi avait hérité de beaux prénoms.

    Que voulait dire nouvelle vie, que voulait elle dire... La perle bleue ne ignorait bien comment pouvait elle appelé une nouvelle vie et surtout ce qu'était cette nouvelle vie. Elle resta là à s'imaginer ce qu'était cette vie qu'elle avait put recommencer. Puis elle finit par penser à la première fois qu'elle a posé le pied sur l'île. Une chambre pour elle seule, une cuisine pour manger à plusieurs, aucun scientifiques autour de vous. Si vous étiez quelqu'un de normal, vous seriez heureux d'avoir eu tout ça en une journée. Pourtant la jeune femme n'avait pas l'impression que ce nouveau coup de feu avant la course 100km, commençait une nouvelle vie. Elle finit par chercher plus loin dans son passé, Collapse, le thé à la cantine, la partie de basket avec un homme tout aussi tourmenté qu'elle... Voilà le coup de feu, le début de la nouvelle vie. Cette nouvelle vie dont parlait Yumi était en fait une vie où on pouvait de nouveau discuter ou sourire. Des réactions que n'importe qui parvient à faire même en marchant dans la rue mais des réactions qui sont au niveau 3 pour la jeune femme.

    Pendant que Hotaru réfléchissait, elle remarque que celle qui venait de lui donner son nom ne bougeait plus, fixait la table de grands yeux ouverts comme effaré puis ses lèvres tremblaient légèrement pendant que ses mains se seraient sur son pantalon. Que se passait il ? Est ce que la jeune fille lui faisait peur, mal ou est ce que son prénom lui rappelait d'affreux souvenirs... ? Oui voilà c'était surement cela, des souvenirs. La perle océan savait ce que c'était, tous les jours des souvenirs horribles lui revenait en tête. La peur d'un ou une autre ne pouvait donner une telle réaction. Hotaru ne savait que faire, elle voulut poser une main sur son épaule pour la rassurer mais eu peur de l'effrayer. Finalement elle opta pour une simple parole de comment ça va... A cette remarque, Yumi lui affirma encore toute fébrile que tout allait bien. Pourtant la perle bleue n'était pas sotte et la voir trembler de tous ces membres ne pouvait que lui crier le contraire de la réponse affirmative du nuage. Mais que faire dans cette situation, que dire lorsqu'une personne se sent mal... Hotaru ne savait que faire, elle n'avait jamais encouragé quelqu'un : c'était seulement les autres qui le faisaient pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ► District Sud-Est :: + Bibliothèque :: Salles insonorisées "-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit