AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Qu'ils sont mignons quand ils dorment ! ♥ [PV Collapse]

« Pitoyable Rat De Laboratoire »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 207
◄ Inscrit le : 16/08/2010
Age : 26
Localisation : pacific isle

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: le désir

Mar 5 Oct - 19:11

Je connais cet endroit, ces murs blancs, son plafond de la même couleur. Il a beau être flou je l’ai trop fréquenté pour le confondre avec un autre. Même son odeur, cette odeur de chlore et de désinfectant. On m’a installé comme d’habitude sur une table d’opération auquel je suis fixée à l’aide de sangles attachées à mes membres. L’homme penché sur moi, je le connais aussi, lui et se sourire sadique, tout m’est familier, bien connu, je sais déjà se qui va m’arriver, ils ont déjà fait les préparatifs, j’ai déjà été bourrée d’anesthésiants…
Mais se n’est pas comme d’habitude, je recommence à voire clair. Le visage du docteur, son sourire, tout et plus net. Je vois, posée sur une table à côté de mon corps immobilisé, des outils attendant tranquillement de opérée pour la énième fois, trouver un moyen de la contrôler, de l’étudier plus en profondeur ; ma clef.
L’homme se penche pour en attraper un je lui dis que se n’est pas normale, que je ne me suis pas endormis, qu’il faut attendre, recommencer le traitement… mais rien ne sort de ma bouche. Je suis muette. Je me débats, essaye de lui faire un signe n’importe quoi pour attirer son attention sur mon visage encore éveillé, rien à faire. Les sangles me font mal comme si elles avaient été brutalement resserrées, la douleur m’empêche de bouger. L’homme c’est de nouveau penché sur moi, il ne semble pas avoir remarqué, il approche le scalpel avec un geste assuré par son expérience.
J’ai peur, pourquoi n’est ce pas comme d’habitude ? Le scalpel se rapproche. Pourquoi ne s’arrête t’il pas ? J’essaye encore de parler, en vain. Autant cesser je suis fichu il n’y a rien à faire. Le premier contact fut froid. La lame effleura juste un instant ma peau avant d’inciser de quelque mini-mètres juste au dessus de mon nombril. J’hurlai, j’étais pourtant la seule à l’entendre. La lame glacée continuait sa sanglante épopée, je la sentant tranchée tout sur son passage entraînant une douleur plus qu’insupportable. Je priais pour m’endormir, tomber enfin dans le coma médicamenteux dans lequel j’aurais pourtant dus sombrer pour me réveiller que bien plus tard. Je cherchais dans la salle d’opération de l’aide, que quelqu’un arrive, me sauve ou m’achève. Je trouvai, dans le coin droit de la pièce de silhouette, un homme et une femme. Je ne saurai dire s’ils rigolaient ou pleuraient, je ne distinguais guère leur visage mais j’avais le sentiment de les connaître, de les avoir déjà vu, qu’ils m’aient déjà parlé même juste un bref instant. Je les appelai, hurlai, me tordais en tout sens sans qu’il n’y eu une seule réaction ni chez eux, ni chez le docteur qui continuait sa besogne ses lèvres minces déformer par un sourire.
Ce monde se mit à trembler, à se tordre en tous sens, à se déformer. J’étais en train de crevée, sur cette maudite table, dans cette maudite pièce, dans l’ignorance et la souffrance comme j’avais vécus.

Je me réveillai dans un sursaut, installée sur mon lit. Je baignais joyeusement dans ma transpiration et avait une incroyable nausée. Mon ventre me démangeais, juste au dessus du nombril. Encore un connard de moustique ! On frappait à ma porte à grands coups

"deux secondes j'arrive !"

Les coups cessèrent. j'enfilai rapidement un T-shirt/robe de chambre, ravalai mon envie de vomir et ouvrit la porte. Le garçon qui se tenait devant était grand, mince, les cheveux en pétard et brun. Il me disait étrangement quelque chose... Ah ouais ! faut dire qu'il n'y a pas trente six mille personnes qui pourrait aisément frapper à ma porte à 3heures du mat' . En prenant conscience de qui j'avais en face de moi je pris aussi conscience de mon état : la tête dans le cul, les cheveux en bataille, vêtue de façon on ne peut plus légère, dégoulinante de sueur...

"C'est pas du tout se que tu crois Collapse !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Dim 10 Oct - 10:20

    Je ne suis pas de service ce soir... J'ai rien à faire... J'pourrai aller chez l'autre, là, Iz, pour passer du bon temps mais étrangement, j'en ai pas envie. Qu'est-ce qu'il se passe ? Tout est beaucoup trop calme dans le pensionnat, c'est pas marrant ! je peux sermonner personne ! pas de bruits, pas de rire, pas de... Ah non, c'est dégueulasse de penser ça, ça fait voyeur... Mais bon, j'en suis un... Ou plutôt, je suis une commère. Il me manque plus que le gros cul. Encore heureux, que, j'en ai pas quand même. Bref, quand je m'ennuie, je pense vraiment à des trucs cons. Voyons, que faire, que faire ?
    Emmerder quelqu'un peut-être ?
    Mais il faut trouver une personne amusante à emmerder. Une personne pas comme les autres, qui a de la répartie et qui sait se défendre. Putain, je suis con.
    Y a Sen, évidemment.
    Mais oui, comment j'ai pu ne pas y penser plus tôt ? Avec elle, impossible de s'emmerder. On ne va pas me dire qu'elle dort à cette heure-là ! Il est quelle heure d'ailleurs ? Ah... bon, il est minuit... Peut-être qu'elle dort finalement. mais c'est d'autant plus drôle !
    Quand j'y pense, je ne l'ai jamais vu juste après le réveil.... Et ça peut être très intéressant.
    je me décide, me lève et cours le plus silencieusement possible à travers les couloirs pour arriver devant la très chère porte de ma très chère amie... Qui ne ronfle pas. Dommage. J'aurai pu l'enregistrer et le mettre en sonnerie de l'établissement...
    Je frappai à sa porte une première fois. Doucement. Sans réponse. Ah la chieuse ! Elle pionce donc vraiment ! Cette fois, je tambourinai littéralement sur le bois, jusqu'à entendre le grognement escompté. Qui signifiait le réveil de la laide au bois dormant.

    "Deux secondes j'arrive !"

    Dans toute ma gentillesse, ma bonté incroyable, j'arrêtai le vacarme et me tenais à carreaux derrière la porte. Qu'elle ouvrit quelques secondes plus tard. Et voilà Sen, dégoulinante -puante- les cheveux en bataille, le rouge aux joues qui sort de la pièce, essoufflée.

    "C'est pas du tout ce que tu crois Collapse !
    -Si tu penses que je crois que tu t'envoyais en l'air avec un type assez bon pour te mettre dans cette état, tu te trompes... Le seul qui soit assez bien pour te faire de l'effet comme ça, c'est soit moi, soit un cauchemar. Allez pousse-toi laideron, qu'on détermine notre plan d'attaque.

    Sur ces mots, je rentrais de force dans la chambre -en bordel- et m'asseyais sur le lit. Me relevais, constatant que celui-ci était trempé, et attendais en sifflotant, farfouillant là où j'avais accès.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Pitoyable Rat De Laboratoire »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 207
◄ Inscrit le : 16/08/2010
Age : 26
Localisation : pacific isle

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: le désir

Dim 10 Oct - 13:33

Gnéééé dodo …

-Si tu penses que je crois que tu t'envoyais en l'air avec un type assez bon pour te mettre dans cette état, tu te trompes... Le seul qui soit assez bien pour te faire de l'effet comme ça, c'est soit moi, soit un cauchemar. Allez pousses-toi laideron, qu'on détermine notre plan d'attaque

Je n’étais pas encore assez réveillé pour comprendre sa phrase, mais je sentais que se n’était pas spécialement gentil. S’il s’était traîné jusque dans ma chambre c’était parce qu’il se faisait royalement chier. Mais alors pourquoi n’était il pas allé chez une de ses conquêtes ? Enfin je le comprends, une nuit en ma compagnie vaut largement plus qu’une nuit avec n’importe quelle fille ! oui mes chevilles vont bien.
Collapse entra sans permission dans le foutoir qui me servait de chambre. Je le suivais, encore dans le pâté, l’observai s’agiter dans tous les sens, fouiller dans mes tiroirs, dans mes soutien-gorge… OH !
Je lui rentrai dedans retirant ses mains du tiroir remplis de lingeries .

-Je sais que tu rêves de pouvoir ne sait-ce qu'un jour en porter mais de là à me piquer les miens ! Commence plutôt par ta taille vu t’a « magnifique » musculature tu devrais faire un petit B …


cerveau en cours d'activation : "Si tu penses que je crois que tu t'envoyais en l'air avec un type assez bon pour te mettre dans cette état, tu te trompes... Le seul qui soit assez bien pour te faire de l'effet comme ça, c'est soit moi, soit un cauchemar. Allez pousses-toi laideron, qu'on détermine notre plan d'attaque »

-ET le laideron il te pisse à la raie ! toi et ton plan d’attaque a la con ! *blurb*

Juste le temps de lui foutre une culotte (propre) sur la tête avant de foncer en direction de la salle de bain. Si on peut appeler ça une salle de bain : un lavabo et des chiottes. Je m’agenouillai auprès de mes chères toilettes appuya mes deux mains sur la lunette avant d’y gerber… bon je vous épargne les détails.
Pff quelle pitié ! Collapse une vanne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Dim 10 Oct - 18:05

    Oh ! Ce tiroir me semble plus intéressant que les autres... Et en effet quand je l'ouvre... Une série de sous-vêtements m'attendait patiemment -et un ouvre-boite aussi, mais ça... Ça m'intéresse moins. J'en pioche un au hasard. Regarde l'étiquette. C. Très bien, Sen, tu es à la hauteur de mes espérances...

    "Je sais que tu rêves de pouvoir ne sait-ce qu'un jour en porter mais de là à me piquer les miens ! Commence plutôt par ta taille vu t’a « magnifique » musculature tu devrais faire un petit B …"

    Quoi ? N'importe quoi. Un B. SALOPE. Tu te prends pour qui ? Tu te crois maline ? J'ai des pectoraux sublimes, personne ne peut démentir ça. Tous les mecs me les envient et toutes les filles veulent me violer. Et aussi, elles veulent que je les fasse bouger parce que ça les fait marrer, mais je trouve ça particulièrement moins cool.

    "Tais-toi femme insolente et ingrate. Tu ferais mieux de t'allonger et d'écarter les jambes au lieu de parler et de passer pour une conne même pas baisable."

    Elle ne releva même pas. Du moins pas encore... Apparemment, c'est le genre de fille à être lente au réveil. J'aurai préféré qu'elle soit somnambule. Je lui aurai fait avouer dans son sommeil qu'elle est totalement folle de moi. Ah ! Mais ça, j'ai pas le droit de le dire... Parce que je ne suis pas censé le savoir... Bon, qu'y a-t-il donc à faire ici en attendant que l'idiote arrive à réfléchir correctement de nouveau.

    "ET le laideron il te pisse à la raie ! toi et ton plan d’attaque a la con !"

    Pardon ? Moi qui te faisais l'honneur de MA présence dans TA vieille chambre ! Tu devrais bondir de joie à la seul idée de ma virilité si proche de toi ! Vile femme !
    Ah ! Sen ? Que fais-tu ? BEUUUUARG...Ah, tu dégueules... Donc, j'avais raison. Tu as fait un cauchemar. Je m'étonne par ma perspicacité. Ou plutôt non, je ne m'étonne pas. Je suis en parfaite connaissance de mes nombreuses capacités et mes frêles limites que je repousse sans cesse. Je suis un bel homme étonnant, mais moi-même, je ne m'étonne pas. Ah ! Au fait Sen, la réplique que tu viens de me balancer... Elle a un train de retard.
    Je devrais peut-être m'inquiéter... (?)
    M'approchant de la porte et frappant sur celle-ci, je m'enquis de l'état de Sen.

    "Seeeen... Tout va mal ? Tu as besoin de quelque chose ? C'est pas trop dégueulasse ? Ça pue pas trop ? Je peux entrer ?"

    Il y avait un truc qui clochait. Un léger poids sur mon crâne. Trop léger pour être honnête. Je portais la main au sommet de ma tête, sentit un tissu -assez soyeux d'ailleurs- sous mes doigts. Je retirais le vêtement de son emplacement... Et, Ô sainte horreur, découvrait que le vêtement en question était une culotte. Une culotte de fille sur ma tête. Une culotte de Sen sur mon crâne. Sur mes cheveux magnifiques.

    "SALOPE !"

    J'ai un train de retard moi aussi. Je suis peut-être plus fatigué que ce que je pensais. Ou alors...


Dernière édition par Collapse le Ven 22 Oct - 7:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Pitoyable Rat De Laboratoire »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 207
◄ Inscrit le : 16/08/2010
Age : 26
Localisation : pacific isle

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: le désir

Mer 20 Oct - 11:59

J'entendis ses pas se rapprocher de la porte de la salle de bain tandis je me cramponnais comme une malade à la lunette des chiottes. Tiens il me semble qu'il m'a traité de conne, d'insolente et d'ingrate... tout ceci dans une seule phrase ... il me semble aussi qu'il y a avait une connotation sexuelle dans ses paroles...
Il frappa à la porte

"Seeeen... Tout va mal ? Tu as besoin de quelque chose ? C'est pas trop dégueulasse ? Ça pue pas trop ? Je peux entrer ?"

Je m'arrêtai de vomir un instant. Oui je peux m'arrêter de gerber sur commande et je vous emmerde. Ne lui avais je pas enfiler un de mes sous vêtements sur sa joli frimousse ? il devrait pourtant...

"SALOPE !"

AH non c'est bon !
Je me redressa et le regarda débouler dans la pièce, il me balança ma culotte en pleine tronche ainsi qu'un chewing-gum (parce que c'est dégueulasse le goût qui reste dans la bouche comme ça, en plus les gens à qui vous parlez sente votre halein et c'est pas terrible. Je sais pas si ça vous ait déjà arriver de parler à quelqu'un qui viens de gerber mais... herm)

"Collapse, mon petit ! Et si, malgré les différents qui nous opposent, nous faisions la paix un instant afin que tu m'expliques ton plan diabolique ? A moins que tu ne préfères que je te vomisse dans tes chaussures ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Ven 22 Oct - 8:22

    "Collapse, mon petit ! Et si, malgré les différents qui nous opposent, nous faisions la paix un instant afin que tu m'expliques ton plan diabolique ? A moins que tu ne préfères que je te vomisse dans tes chaussures ?
    -T'as fini de vomir ? Merci pour la proposition, mais étant donné que j'ai déjà subi ta culotte sur ma tête, je serais très heureux que tu m'épargnes ton liquide gastrique dans mes chaussures. "

    J'attendis qu'elle sorte des toilettes avant de la jauger de haut en bas. Je me félicitais de lui avoir donner un chewing-gum... Parce que dans le cas contraire, ça aurait craint. Et ça aurait pué aussi. Ça craint quand ça pue... Bref. Elle tenait à savoir ce que je tenais à faire ce soir mais je n'en ai pas la moindre idée. Je réfléchis un instant. Un court instant cependant ; je suis si intelligent que je réfléchis à une vitesse phénoménale. Surtout, ne pas dire "Ah !" en début de phrase pour qu'elle ne se rende pas compte que je viens de réfléchir à la question. Sinon, elle va savoir que je l'ai réveillé pour rien, et je vais encore en train de me retrouver à faire des trucs humiliants sans comprendre ce qui m'arrive.

    "Soldat Sen, mon plan se déroule en 3 phases : sortir de cette chambre, taper un bordel pas possible dans les couloirs, rentrer dans les autres chambres. Qu'est-ce que tu en dis ? Ah... Attends voir... Je me fous complètement de ton avis. Je te suis supérieur et ce que je propose est toujours passionnant."

    Sur ces mots, je lui jetais des vêtements que j'avais trouvé par terre - et qui me semblaient à peu près propres-. Il fallait qu'elle les enfile au plus vite. Ah. Elle ne voudra pas que je la regarde se changer. d'ailleurs, elle se dirige automatiquement vers la salle de bain. Dommage. Quelques minutes plus tôt, elle aurait assez eu la tête dans le cul pour se changer sous mes yeux.
    Ce ne sera pas pour cette fois.
    Elle ressort au bout de quelques longues minutes où je me suis obstiné à taper assez régulièrement sur sa porte pour lui ordonner de se dépêcher. Et aussi parce que ça m'amuse de la faire chier et de l'entendre râler.

    "Enfin... J'ai cru que tu faisais quelque chose qui allait t'occuper longtemps... mais apparemment non. A moins que tu sois du genre rapide. Bref. Sortons du QG soldat."

    Je l'entraînais dehors avant même qu'elle ne puisse se plaindre. Nous attendais un couloir bien trop silencieux. Tout ça était bien triste. Mais ça allait changer. Il paraît que le D.D. est à Copenhague en ce moment. Bref, il n'est pas là. Bon, il y a toujours des gens au-dessus de moi, mais eux, je m'en fous.

    "Ok. Je change d'avis, on va commencer fort directement."

    Tandis que je cherchais des yeux l'objet désiré, Sen tentait de... de se réveiller complètement je suppose. Ah ! C'était là. Un magnifique petit boitier rouge. c'était trop bon. Il suffisait d'appuyer là où il y avait marqué "N'appuyez qu'en cas d'urgence" pour créer une pagaille monstre. Ah tiens... C'est ce que je vais faire justement. Et hop, j'appuyais résolument sur l'alarme incendie. Un bruit assourdissant retentit aussitôt, couvrant les cris de protestation qui devaient déjà se lever.
    Aha ! Ça va être marrant. Oui, je suis un salaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Pitoyable Rat De Laboratoire »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 207
◄ Inscrit le : 16/08/2010
Age : 26
Localisation : pacific isle

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: le désir

Dim 24 Oct - 13:14

-T'as fini de vomir ? Merci pour la proposition, mais étant donné que j'ai déjà subi ta culotte sur ma tête, je serais très heureux que tu m'épargnes ton liquide gastrique dans mes chaussures

J’eu un léger sourire. Je savais très bien qu’il n’avait qu’un seul but dans sa petite vie : vider ses chaussures sur sa tête après que j’ai gerbé dedans (non n’essayer pas d’imaginer c’est dégueulasse !)
Je sortis des toilettes et observa Collapse, attendant une réponse satisfaisante. Si il avait eu le culot de me réveiller à cette heure indue alors qu’il n’avait pas de motif valable je lui fait faire un strip tease dans le bureau de la CPE (qui l’aime beaucoup je tiens à préciser).

"Soldat Sen, mon plan se déroule en 3 phases : sortir de cette chambre, taper un bordel pas possible dans les couloirs, rentrer dans les autres chambres. Qu'est-ce que tu en dis ? Ah... Attends voir... Je me fous complètement de ton avis. Je te suis supérieur et ce que je propose est toujours passionnant."

… TOI SUPÉRIEUR A MOI ????!!!! tu ne serais même pas capable d’attraper un pou à la fête d’anniversaire de Joe LACRASSE (personnage à l’hygiène douteuse inventé pour l’occasion) Cela dit je ne dit pas non. J’ai besoin de me changer les idées après le long calvaire que j’ai subit … sniff quel personnage tourmentée vous pouvez pleurer vous aussi.
J’attrapai les vêtements qu’il me tendait…. Oui ils sont propres !
Enfermée dans la salle de bain, je m’habillai accompagnée par les coups que Collapse donnait à la porte et que ne cessèrent pas malgré mes multiples jurons.

"Enfin... J'ai cru que tu faisais quelque chose qui allait t'occuper longtemps... mais apparemment non. A moins que tu sois du genre rapide. Bref. Sortons du QG soldat."

« Aussi rapide que toi éjaculateur précoce … »

Pas de réponse… a-t’il au moins entendu ?
Je me fis entraîner dehors par un surveillant à l’attitude plus que douteuse, dans un couloir bientôt douteux qui sera rempli, certainement, de personnes on ne peut plus douteuses ! MAIS QUES CE JE FOUS LA MOI ??? Je veux retourner dans le labo."Ok. Je change d'avis, on va commencer fort directement."
Il y eu des cris de protestations tandis que l’alarme incendie finissait de m’achever. Je pris la main de Collapse qui désirait hurler de peur, néanmoins je lui laissai assez de conscience pour choisir s’il se ridiculisait devant tous les élèves ou s’il gardait sa dignité encore quelques minutes de plus. Il me semble qu’il a rigolé avant de me traiter de pétasse…
Nous nous cachâmes dans un coin pour éviter le flot d’humains prépuberts enroulés dans leur couverture. Le flot passé je me dirigeai vers une chambre et m’y engouffra suivis de prés par mon pote Coco qui se jeta direct sur le lit.

« Oh Collapse non on pourrait nous surprendre… »

Sur ce je m'emparai de se qui semblait être un journal intime. Apparmement nous étions dans la chambre d'une jeune fille au surnom très évocateur attention y a du niveau : BouBouck4 d'4mOur Du 703...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Ven 29 Oct - 15:42

    "Aussi rapide que toi éjaculateur précoce …"

    Alala, ces paroles reflètent bien ton ignorance... Il est encore loin le jour où tu te rendras compte de ton erreur. Mais mieux vaut ne pas presser les évènements.
    Quelques secondes plus tard, un flux de... Oui de gens. Des enfants affolés, perdus, pathétiques... Pitoyables... Drôles. Quand je vois ce spectacle, mes tendances sadiques reprennent le dessus. J'avais presque oublié à quel point ça fait du bien d'emmerder le monde, depuis hier. Me cachant dans un recoin du couloir, Sen à mes côtés, j'attendais que tout se "calme" un peu. Du moins en apparence.
    Je rentrais ensuite dans une chambre quelconque, Sen à ma suite puis m'affalait sur le lit. Qu'allait-on pouvoir faire ?

    "Oh Collapse non on pourrait nous surprendre…
    -Sen ! Ton CORRRRRRRRPS !"

    J'avais pris une voix de cerf en rut. Mais pas trop fort quand même. Parce que sinon... ça craint. Enfin, bref, que pouvait-il y avoir à faire dans cette chambre ? Un truc humiliant pour l'occupant de cette chambre. Ah non, à priori, c'est une fille vu qu'on est dans le couloir des filles.
    Me retournant vers Sen, je la trouvais plongée dans un cahier, un grand sourire au visage. Un sourire tremblant. Elle allait se mettre à rire.

    "Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a de si drôle ?"

    Je m'approchais et remarquais enfin le trésor qu'elle tenait entre les mains. Un journal intime. Le journal intime d'une Kikoo. Oh mon Dieu, mon Dieu. Collapse calme-toi, approche doucement. Je prenais le trésor des mains de Sen, en parcourait quelques lignes... Oh tiens, elle parle de moi : "Il est sexy mais qu'est-ce qu'il peut être con ! C'est un enfoiré de première, il fait que m'engueuler ! Il se croit tout permis parce qu'il a des couilles !" (Pour une meilleur lisibilité, j'ai préféré enlever les fautes d'orthographe.) J'extirpais dans la seconde un petit boitier argenté de ma poche.

    "Sen... Ma petite Sen... Regarde ce que j'ai là. C'est une bombe psychologique. Cette petite machine que je chéris est capable de diriger le système vocal du pensionnat. En gros, je peux passer quand je veux des annonces que tout le monde entendra. Tiens, on l'allume comme ça... Voilà... A toi l'honneur, fait une bonne lecture !"

    Lecture qui commençait donc par... "Ma vie à moi. Les mecs sont tous les mêmes, c'est dur de vivre quand on est une belle gosse."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Pitoyable Rat De Laboratoire »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 207
◄ Inscrit le : 16/08/2010
Age : 26
Localisation : pacific isle

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: le désir

Jeu 11 Nov - 18:37

-Sen ! Ton CORRRRRRRRPS !"

Pas besoin de relever, c'est vrai je suis super sexy je le sais et je sais que Collapse le sait (oui mes chevilles vont bien).

Ch3r joùrn4àl,
L4à vii3 é sii cru3ll3. J3 kiff gr4àv3 une m3c quii n3 m3 kiiffer4à j4àm4iis T.T J'4ii Trrop 3nvi d3 m3 suiiciid3r t3ll3m3nt j3 suiis m4àlh3ur3u3. C3t homm3, n3 l3 répète à p3rsonn3, c3st nootr3 suurv3ill4nt s3xyy, Collapse ! Il n'4 m3m3 p4às r3m4rqu3r qu3 j'àvàiis un3 nouv3ll3 miinii juup3. J3 suiis trrop d3g' !!!! J3 suiis sur qù'iil kiiff c3TT3 fiill3 àux grros s3iins 4àv3c quii iil tr4ine tt le t3mps. J'ài 3nvii d3 r3st3r s3ul3 un mom3nt àà pluùs mon ch3r jouùrnàl, tù 3st mon s3ul 4àmi...

P-S : hi3r j'4à u m3s règl3s, çàà y est j3 suiis une f3mm3...♥


... LOL!!! j'explosais une nouvelle fois de rire

"Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a de si drôle ?"

Oh mon Dieu Collpase si tu savais... c'est tellement... pitoyable !
Juste le temps de cligner des yeux et mon trésor avait disparu ! il c'était retrouver par magie dans les mains de Collapse qui, Dieu merci, avait tourné la page. Il eu un sourire sadique avant de mettre sa main dans sa poche et d'en sortir un petit boîtier (oooooh ça brille).

"Sen... Ma petite Sen... Regarde ce que j'ai là. C'est une bombe psychologique. Cette petite machine que je chéris est capable de diriger le système vocal du pensionnat. En gros, je peux passer quand je veux des annonces que tout le monde entendra. Tiens, on l'allume comme ça... Voilà... A toi l'honneur, fait une bonne lecture

Je repris le cahier, avalai ma salive et choisi de lire la première page. Mes yeux parcouaient les lignes, je rentrai peu à peu dans le récit, dans la vie de cette chère babouchka, l'émotion montait en moi... non je déconne je me retenai d'exploser de rire

"Ma vie à moi. Les mecs sont tous les mêmes, c'est dur de vivre quand on est une belle gosse. (Jolie photo d'une fille tirant la langue devant son miroire, dois-je aussi préciser que le flash cache plus de la moitié de son visage ?) Heureusement, tu es là ! et M'zelle Californie aussi. Seulement deux semaines que ma mère m'a envoyer dans cette école pourrie et déjà 4 mecs m'on proposés un plan cul ! C'est que des gros pervers ! M'zelle Californie et moi on est dans la même classe que Johny ♥ il est troooop beau !!!! il serais hyper sexy sans ses boutons... Ma mère arrête pas de me faire chier, elle veux que je range ma chambre, mais elle la voit même pas dabord !! de toute façon M'zelle Californie et moi on a prévu de se suicider en souvrant les veines avec les enveloppes qu'il y a dans le bureau du prof de math (lui aussi il est trop craquant ♥ je l'aime)
J'entend le surveillant qui arrive je te laisse, à demain ♥"

Je fit une pause pour reprendre mon souffle. Lire avec autant de ... de... ce ne sont même pas des fautes d'orthographe ! plutot une sorte de language étrange, un message codé.
Je me tournais vers Collapse, enfin se qu'il en restait...

"Je continue ou tu veux essayer ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Dim 5 Déc - 21:15

    "Ma vie à moi. Les mecs sont tous les mêmes, c'est dur de vivre quand on est une belle gosse. (Jolie photo d'une fille tirant la langue devant son miroir, dois-je aussi préciser que le flash cache plus de la moitié de son visage ?) Heureusement, tu es là ! et M'zelle Californie aussi. Seulement deux semaines que ma mère m'a envoyé dans cette école pourrie et déjà 4 mecs m'ont proposés un plan cul ! C'est que des gros pervers ! M'zelle Californie et moi on est dans la même classe que Johny ♥ il est troooop beau !!!! il serais hyper sexy sans ses boutons... Ma mère arrête pas de me faire chier, elle veux que je range ma chambre, mais elle la voit même pas d'abord !! de toute façon M'zelle Californie et moi on a prévu de se suicider en s'ouvrant les veines avec les enveloppes qu'il y a dans le bureau du prof de math (lui aussi il est trop craquant ♥ je l'aime)
    J'entends le surveillant qui arrive je te laisse, à demain ♥
    "
    Arhem... Ah ouais, duuur. Je lui offrirais volontiers des enveloppes si j'en avais à ma disposition. Malheureusement, ce n'est pas le cas, on envoie rarement du courrier sur Pacific Isle... Sérieusement, c'est grave. Putain, ce caractère, ça me dit trop quelque chose. Dieu, fait en sorte que je n'ai jamais couché avec cette fille s'il te plait. Non, mais non. Même bourré, j'aurai jamais... Avec une Kikoo, pré-pubère... Frustrée et... Bête. Bon, j'avoue que la bêtise ne me rebute pas. coucher avec des connes qui ont une jolie paire de hanches, ça m'est déjà arrivé, et j'espère que ça m'arrivera encore d'ailleurs... Mais là, ça atteint des sommets. Et d'abord, c'est qui la fille qui s'appelle Californie ? Je comprends pas tout là.

    "Je continue ou tu veux essayer ?"

    Non, je vais m'y risquer quand même. Mais moi, je vais prendre un des moments où elle est déjà sur Pacific Isle. Histoire que certains des personnes qui sont ici puissent faire le lien avec la réalité. Pour qu'on pointe cette fille du doigt en se foutant de sa gueule. Eh oui, je suis méchant. Très méchant. Et très beau. Très musclé... Et très intelligent. Mais surtout très beau. Aaaah... Je suis parfait. Bon,voilà que je prends le livre et le feuillette pour arriver à... AAAAH... La voilà. La page parfaite. Presque mieux que la page 14 de mon Nice Boobs. Mais, non, quand même pas.

    "Il habite mes pensées, il est tellement purement beau gosse (remarquez qu'au moins, elle a du goût). J'en ai parlé avec S'tio Hub, ma nouvelle Bestah, -j'laime comme ma sœur même si j'en ai pas- elle est d'accord avec moi. On a un plan de séduction super subtil, c'est sûr qu'il va me tomber dans les bras. Ça va se passer comme dans les films. Je vais faire tomber mes livres de cours devant lui, et il va m'aider à les ramasser. Ensuite, je capterais son regard et il tombera sous mon charme fou, c'est obligé. Cœur. Cœur. Cœur. Cœur. Je veux perdre ma virginité avec lui..."

    Héhé... Je lis quelques lignes en diagonale et qu'apprend-je : elle parle bel et bien de moi ! Je ne sais pas si je dois être flatté ou bien... ? Je la connais pas, elle me dit rien cette nana. Mais ce qui est sûr, c'est que j'ai qu'à claquer des doigts pour qu'elle me montre ses fesses. Aah. C'est sale de dire ça. Désolé à moi-même de penser des trucs dégueulasses. Mais j'y peux rien.

    Et c'est à partir de ce moment-là qu'on entendit une voix, semblant venir de loin. Une voix aigüe et éraillée. Le genre de fille que t'as envie de gifler quand elle jouit -c'est sale aussi mais il fallait que je parle de cette expérience difficile. Et ça donnait approximativement :

    "AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !"

    Et ça s'approchait. Soudain, à la porte, on vit apparaître une... Chose. Echevelée. Essouflée. On devinait derrière une lourde tignasse blonde la surface cratériforme d'un visage pubère. On devinait sa colère à la fumée qui sortait de ses naseaux, elle frottait du pied contre le sol, elle allait charger !

    "Non ! Vous n'avez pas le droit de me faire çaaa !"

    Alors, elle sembla bloquée dans son élan. Ah oui ! C'est vrai qu'elle me kiffe. Alala... Je suis soudain pris de remords. Elle a les larmes aux yeux. Elle pleure ! OMG, non ! Pouvait pas se passer pire chose que ça ! J'ai été naze. Y a beaucoup d'autre moyen pour s'amuser que d'humilier une fille en public -même si ça peut s'avérer marrant-, non là c'était nul. Il faut que je fasse quelque chose vite fait, puis après on se casse et on va chercher la merde ailleurs. Par d'autres moyens bien plus drôles. Et qui ne se finissent pas comme ça !
    Bon, je m'approchais de cette fille. Que je supposais être Babou...chka ? Et je sortais le grand jeu. Oui, parce que je suis un beau gosse et que j'ai toutes les filles à mes pieds. Même si parfois c'est encombrant...
    Me penchant vers elle, je lui susurrais des excuses à l'oreille. Elle leva alors sa tête vers moi et me lança ce qui devait être son regard de séduction ultime... Aaah... C'est à moi d'entrer en action. Merci mes talents d'acteurs !
    Je faisais donc semblant de fondre sous son "charme fou", lui coulait un regard... "brûlant" -le brûlant a eu du mal à sortir- et, le feu d'artifice final : je l'embrassais ! Ah. C'est triste, dire que Sen doit bouillonner de jalousie en ce moment. Oui, parce qu'on sait tous qu'elle est folle de mon corps.
    Après ça -j'eus la gerbe-, je notais vite fait mon numéro sur le bras de la jeune fille, puis prenait Sen par la main pour me casser avant que ça parte en déclarations d'amour fumeuse. Fermant la porte derrière moi, je n'oubliais pas de m'essuyer la bouche avec application. La vie, c'est abusé, comme elle vous met dans des situations éprouvantes. Après ça, je suppose que j'aurai droit à un très agréable moment. Par exemple : que Sen me fasse une pipe. Non, j'plaisante. Elle me mordrait pour me faire chier... Hum, je vois bien un bon plan à trois alors...
    Allez ! Dirigeons nous vers une autre chambre ! Ah là : c'est la chambre d'un mec mal dans sa peau qui fait du rock comme une bouse sur une magnifique Gibson dont il n'a jamais connu la véritable valeur. Je sens que ça va être marrant !

    [LALALALALA ! J'étais inspirée !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Pitoyable Rat De Laboratoire »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 207
◄ Inscrit le : 16/08/2010
Age : 26
Localisation : pacific isle

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: le désir

Ven 10 Déc - 20:28

J'observai Collapse prendre à son tour le cahier, chercher une page à décoder à lire. Ayant trouvé son bonheur il prit une grande inspiration et commença la lecture de sa voix puissante et virile

"Il habite mes pensées, il est tellement purement beau gosse . J'en ai parlé avec S'tio Hub, ma nouvelle Bestah, -j'laime comme ma sœur même si j'en ai pas- elle est d'accord avec moi. On a un plan de séduction super subtil, c'est sûr qu'il va me tomber dans les bras. Ça va se passer comme dans les films. Je vais faire tomber mes livres de cours devant lui, et il va m'aider à les ramasser. Ensuite, je capterais son regard et il tombera sous mon charme fou, c'est obligé. Cœur. Cœur. Cœur. Cœur. Je veux perdre ma virginité avec lui..."
Le plus dur dans ce genre de situation ( non ce n'est pas la verge de Collapse bande de pervers écervelés) est de réussir à rigoler en silence. Exercice difficile que même un commandant de l'armée de terre russe durant la guerre froide au fond d'une tranchée boueuse remplie de poux et autres parasites peut ne pas réussir à accomplir (oui j'ai eu histoire hier matin).
Curieuse de savoir de qui il s'agissait j'essaye en vain d'escalader l'épaule de Collapse, juste entrevoir la paaaageuh ZUT !


"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !"

Oh mais qu'est ce ? un TGV ? un avion ? une fusée ? NON ! C'est une kikoo ! Une kikoo qui court.
Les cheveux colorés en un jaune pisseux peu gracieux et des joues enfantine encore rondes et rebondissantes, une kikoo comme vous n'en avez jamais vu... enfin si... moche quoi.


"Non ! Vous n'avez pas le droit de me faire çaaa !"

Des larmes de rages et de désespoirs perlèrent aux coins de ses yeux. Je fus prise d'un étrange sentiment de pitié... Je me tournai vers Collapse. Un petit coup de pouvoir pour arranger les choses ? ça ne ferais pas de mal. Mais avant d'avoir pus avoir une dérogation spécial de la part du plus best des surveillants forever, celui ci s'était dangereusement approché de la jeune... jeune f... jeune fil... non je pourrais pas le dire. La tension était palpable, même les cancrelats s'arrêtèrent de respirer. Il approcha son visage du sien, leurs lèvres s'effleurèrent ou plutôt s'entrechoquèrent pendant quelques secondes avant qu'il écrive son numéro et qu'il nous projette hors de la chambre maudite. J'eus juste le temps de voire que... ce n'était pas un faux numéro... masochiste ! Cela ne faisait plus aucun doute que celui qui devait posséder la virginité de la kikoo n'était autre que lui (je sais je suis fort intelligente).
Mais le pire dans tout ça c'est que... il a embrassé une kikoo ! Sans doute fan de justin bieber et de Tokio Hotel en passant par le groupe Ozone ! Pt puis son action "héroïque"... ELLE A RIEN ARRANGE DU TOUT !

"Collapse... t'as embrassé une kikoo..."

Bref nous ouvrâmes (passé simple mon ami !) une porte au hasard. Une odeur de renfermé, de sueur ainsi que de tout ce que peux sécréter un corps humain nous remplirent les narines. Sans aucun doute, ici, ça sent l'homme !
Il faisait extrêmement sombre dans cette chambre, des cercueils étaient peints sur les murs, murs qui arboraient une foule de posters de groupes de rock et de photos de lui, boutonneux et obèse, jouant de la guitare ses longs cheveux gras plaqués sur son front anormalement grand et rouge. A côté du lit, sur la table de chevet, à côté d'un tas de mouchoirs dont je préfère ignorer le contenu, était posé un petit cadre photo, et dans ce cadre un joli photo de.... Collapse et moi...
Une journée riche en émotion et en psychopathes...

[AAAH c'est nul ! AAAH y a plein de fautes ! AAAH j'ai la flemme de corriger T.T]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Lun 13 Déc - 11:57

    "Collapse... t'as embrassé une kikoo..."

    Oui, merci Sen. Vas-y, j't'en prie, tu peux remuer le couteau dans la plaie sans problème. Oui, ma petite Sen, j'ai embrassé une Kikoo. Il faut parfois avoir se sacrifier pour conserver la pérennité d'une situation. Bon, ok, nous sommes sauvés, mais ma dignité... A disparu, my god ! En même temps, je l'ai cherché, non ? Maintenant, il faut que... je change de portable. Pourquoi je ne lui ai pas donné un faux numéro ? L'habitude certainement. Ou alors, comme je suis très intelligent, en un quart de seconde, j'ai pensé sans même m'en rendre compte que de toute façon, je bossais dans cet internat, et que si elle avait envie de venir me voir pour me faire remarquer que le numéro donné n'était pas le bon, elle pouvait le faire quand elle le voulait. aussi souvent qu'elle le voulait. Et je n'ai pas envie de l'avoir collé à mon dos, ou plus précisément collé à ma bouche plus longtemps que la seconde qui vient de se dérouler à l'instant.
    Et donc, pour rester concentré dans l'action, rappelons-nous que nous étions arrivé devant la porte de la chambre d'un connard de déprimé-blasé-j'arrive-pas-à-pécho. Sur sa porte, un magnifique sticker Tokio Hotel -de la balle- dissimulait le numéro 302. Oui. 302. entrons maintenant. Combien paris-tu que lorsque que nous entrerons, une musique à la THX va résonner dans la lumière. Ah oui, et un éclair blanc va probablement nous projeter contre la porte. On sera donc attaché contre les mur avec de la soie blanche d'araignée du désert super dangereuse de la mort qui tue, et après le mec trop dark arrivera. Et tout d'abord, il violera mon amie Sen. Puis pendant ce temps, je parviendrais à me libérer, je commencerais alors à méditer sur mon sort, un tant soit peu dérangé par les cris de souffrance de mon amie. Et enfin, je la sauverais... Peut-être. Ou pas.
    Bref ! Voilà que nous entrons. C'est... Presque.... comme ce que j'avais imaginé. Sans la musique, l'araignée géante, le dark gras et pervers. C'est nettement moins fun. Mais il y a quand même des cercueils peints sur les murs. Il ne peut pas dormir dedans, mais ça met un peu l'ambiance. Et maintenant, les photos !! Ah oui en effet, je crois me souvenir de l'avoir croisé. En même temps, vu sa... circonférence, il est probable qu'on aie besoin de s'aplatir contre le mur pour ne pas mourir d'une asphyxie, ou alors du choc thermique -puisqu'il a l'air d'avoir chaud vu les litres de sueurs qu'il déverse. Oui. Oui effectivement, je m'en souviens. mais ce qui m'étonne le plus dans tout ça. C'est sa table de chevet. Non pas que le nombre de mouchoirs usagés empilés me perturbe, s'ils n'avaient pas été là, j'aurais été surpris. Non, ce que je trouve étrange, c'est la photo de nous -Sen et moi- qui se trouve joliment encadrée... à côté des mouchoirs !! C'est... c'est dégueulasse... Je me sens comme violé. Même si ce mec je dois l'avoir croisé deux fois dans sa misérable vie, je trouve quand même cela d'une incroyable répugnance. C'est dingue ! Je suis touché par quelque chose ! En même temps, qui ne serait pas choqué par ça ?! Il faut faire quelque chose. Je n'ai pas envie de toucher au cadre... Au cas où quelques substances d'origine connue... Bref. Changeons de sujet. Nous ne pouvons pas sauter sur le lit, nous ne pouvons pas toucher aux murs -étaient-ils blancs à l'origine ??- et le sol sur lequel nous marchons... Ne m'inspire pas confiance.

    "T'as une idée brillante pour qu'on se venge sans choper de maladie honteuse ? Ou alors on se barre vite fait et on trouve un moyen de se venger qui n'inclut pas le risque de se salir passablement les mains."

    Oui, je me sens comme mal à l'aise. C'est moi ou ça sent mauvais ? C'est moi ou y a un truc blanc qui coule le long du mur ? C'est lui ou un autre qui nous espionne et qui se branle devant des photos -pourries en plus- ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Pitoyable Rat De Laboratoire »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 207
◄ Inscrit le : 16/08/2010
Age : 26
Localisation : pacific isle

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: le désir

Dim 19 Déc - 19:41

"T'as une idée brillante pour qu'on se venge sans choper de maladie honteuse ? Ou alors on se barre vite fait et on trouve un moyen de se venger qui n'inclut pas le risque de se salir passablement les mains."

.... C'est vrai que ça donne pas envie... Je suis sûre que si l'on fixe trop longtemps la moquette on peut choper la mononucléose ou la peste bubonique ou la lèpre ou la gale ou le tétanos de nourrisson ou la tuberculose etc etc. Bref ! Je fouillai dans mes poches en quête d'inspiration, y sortis une poche de mouchoirs. Une étincelle passa dans mes yeux jusqu'à ce que je me rende compte qu'il n'y en aurait jamais assez pour faire juste le chemin qui mène à la table de chevet... oui parce que pas question de mettre un pied sur la moquette pour brasser tout les trucs qui repose dedans. Tiens ça bouge... Oh y a une petite bête, Oh elle me fait coucou, Oh elle rentre dans le jeans de Collapse ! non je déconne... quoi que...

Frustrée de ne pas trouver de solution à ce problème de vengeance et d'hygiène je sortis de la chambre en poussant un grognement

"Bon on y va !"

C'est majestueusement que je rentre de nouveau dans la pièce, sur le dos d'un pauvre élève (consentant bien entendu) qui allait me conduire au sommet de la gloire, faire la plus merveilleuse des vengeance et... bon ok je descend !


"Collapse je te présente KIKI ! il nous ouvrira le chemin de la victoire de cette guerre sainte et nous convertirons les païens de cette terre sataniques ! Allez Kiki à l'attaque !"


Sur ce Kiki pris un poster au hasard (tokio hotel au hasard ) et l'étala sur le sol puis fit de même avec d'autres posters de groupes plus nuls les un que les autres nous dessinant un joli chemin jusqu'au lit et la fameuse photo. Posant un pied sur la tronche de Bill j'invitai Collapse à me rejoindre et lui tendis un mouchoir pour le protéger d'une éventuelle attaque bactériologique en cas de contact direct avec un objet.

"bon on a un moyen de ne rien toucher. Maintenant faut une vengeance qui tienne la route... Collapse si tu trouve je te vénère pendant une semaine"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Mar 21 Déc - 13:29

    Elle n'avait aucune idée de comment faire. En même temps, tout, absolument tout semblait suspect. Qu'avait-on le droit de toucher ? Aucune idée... Tiens, cette odeur... Ça me rappelle celle du...

    "Bon on y va !"

    Quoi ? Tu abandonnes donc ? Mais, si tu abandonnes... Je ne suis plus ton ami. Car il est impossible qu'on sorte de la chambre de ce pervers sans rien faire. Dire que je passais devant cette chambre allègrement tous les matins... Sans savoir qu'à l'intérieur, ce connard se soulageait devant une photo de nous deux. Oh mon Dieu, j'ai un stalker ! C'est horrible comme sensation ! Non, je ne veux pas me faire violer ! De toute façon, je saurais me défendre contre ce gros gras. Oui, un kick là où je pense pour éviter tout risque de reproduction. Oh non ! Rien qu'à l'idée de petite BigGeek, je frissonne. Le genre de môme qui t'envahit, s'accroche à tes pieds et finit par te faire sombrer dans un néant de Areuh Areuh... NON ! Je la suis du regard qui s'éloigne dans le couloir.
    ...Pour revenir quelques secondes plus tard sur le dos d'un pauvre hère... Quoiqu'il soit pas si mal lotie que ça le bougre.

    "Collapse je te présente KIKI ! il nous ouvrira le chemin de la victoire de cette guerre sainte et nous convertirons les païens de cette terre sataniques ! Allez Kiki à l'attaque !"

    Ah oui, bien sûr. Un fidèle destrier. Quoi de plus utile. Mais quand même c'est très étrange. Oui, la scène est très bizarre. De là où je suis, on dirait que Sen pratique la... Sodomie. Bien que l'image d'une Sen dominatrice ne soit pas totalement en dehors de toute vérité, la scène reste inédite. Aha ! Sen avec une tenue tout de cuir et faisant claquer son fouet... Faudrait que je lui dise de tourner dans des films pornos, elle serait sûrement compétente. Mais je les regarderai pas... parce que je pense que ça tuerait tout désir. Bref !
    Kiki nous ouvrait à présent le chemin dans la grotte de la limace géante : il entreposait des posters sur le sol afin de tracer une route presque sûre vers ladite photo. Enfin, nous arrivons devant. J'hésite à prendre le cadre entre mes doigts, mais, Sen me tendant un mouchoir, je prends le risque.

    "Bon on a un moyen de ne rien toucher. Maintenant faut une vengeance qui tienne la route... Collapse si tu trouve je te vénère pendant une semaine."

    Hum... Observons cette photo de plus près. Il semblerait qu'elle est était prise dans les couloirs lorsque nous étions en train de discuter Sen et moi. J'étais donc assis à même le sol comme d'habitude et Sen se penchait vers moi en souriant. L'intérêt de la photo se trouvait donc...

    "Regarde. je crois que je vois ce qui l'intéresse. Il a sûrement jamais entr'aperçu plus que ça. (je lui tendais la photo) On voit ton soutif, sale chaudasse. D'ailleurs c'est là où il y a le plus de traces de doigts. Donc je pense que j'ai raison. Kiki, t'as par le plus grand des hasards... un Polaroïd ?
    -Oui mais dans ma chambre. Et il ne m'appartient pas.
    -Pourrais-tu aller le chercher, s'il te plait ?
    -J'y cours."

    Il laissa Sen poser pied à terre puis s'en fut en vitesse. je doutais qu'il puisse s'enfuir étant donné qu'il obéissait à Sen. Et donc qu'il risquait sa vie. Pauvre garçon.

    "Me voilà. Tenez."

    Il me tendit l'appareil photo. Que je pris comme la plus précieuse des armes.

    "Viens Sen. Il faut qu'on reprenne exactement la même photo. Par contre, il ne faut pas qu'il voit ton soutif. Ça va le détruire mentalement."

    Sur ces mots je l'emportais pour que nous posions, rendant momentanément son appareil à Kiki. Il fallait qu'on soit exactement pareil que sur la photo. On avait pas les même vêtements mais c'est pas grave. Le truc c'est de le dégoûter à vie.

    "D'autres idées pour la photo ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Pitoyable Rat De Laboratoire »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 207
◄ Inscrit le : 16/08/2010
Age : 26
Localisation : pacific isle

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: le désir

Mar 21 Déc - 21:46

"Regarde. je crois que je vois ce qui l'intéresse. Il a sûrement jamais entr'aperçu plus que ça. (il me tend la photo) On voit ton soutif, sale chaudasse. D'ailleurs c'est là où il y a le plus de traces de doigts. Donc je pense que j'ai raison. Kiki, t'as par le plus grand des hasards... un Polaroïd ?
-Oui mais dans ma chambre. Et il ne m'appartient pas.
-Pourrais-tu aller le chercher, s'il te plait ?
-J'y cours."

Mon soutif... Mes seins !!! Pourquoi la majorité de mes emmerdes sont causé par eux ? Collapse enlève les moi ! Non recule je les gardes tout compte fait...
Je regardai mon fidèle destrier s'en aller "emprunter" l'appareil puis revenir au petit trot. Pas de doute je l'avais bien choisit.

"Me voilà. Tenez."

Collapse prit l'engin avec beaucoup de délicatesse peut être avec trop de délicatesse...
Je regarde plus attentivement le cliché. Avoir cette photo entre mes mains me dégoûte au plus au point toute la pièce me dégoûte tout ici représente sa personnalité, ses goûts musicaux... et ses loisirs...

"Viens Sen. Il faut qu'on reprenne exactement la même photo. Par contre, il ne faut pas qu'il voit ton soutif. Ça va le détruire mentalement."

Je suivais Collapse hors de la chambre là où nous avions posé pour ce pervers sans le savoir afin qu'il se soulage seul ou accompagné. Je n'arrivai pas à penser correctement l'image de ce gros porc m'obsédais... en train de se... en regardant mon soutif...
Entre la groupie de Collapse et ce mec on était bien loti... J'aurais bien voulu qu'on échange quand même... une kikoo j'aurais le dessus, physiquement je veux dire... elle me fait chier je lui pète la gueule et c'est bon, mais la le mec il s'assoie sur moi je meurs !

"D'autres idées pour la photo ?"

Une idée ? une idée ! peut être trop osée ?

"La kikoo... à ma place ? Elle t'aime elle acceptera de poser avec toi... elle pourra même montrer son soutif... et puis tu peux laisser ta braguette ouverte aussi si tu veux..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Mer 29 Déc - 20:22

    Elle réfléchissait. Quel nouveau scénario pouvait bien se monter dans son esprit à ce moment-même ? J'aimerais bien savoir comment elle réfléchit, je suis sûr que ça vaut le détour. Ça doit être du genre : "Lapin, fusil, grenade, feu, incendie, violence, force, Collapse! J'appelle Collapse !" Ouais, je la vois bien penser comme ça, par une série d'enchaînements très rapides... Et parfaitement logique bien sûr ! Oui je parle pour ceux qui ont souri à l'association Force/Collapse. Vous n'êtes qu'une bande de lecteurs vicelards que je me dois de remettre dans le droit chemin. Ah ? Je suis en train de m'imaginer que des gens extérieures à toute existence connue, sont en train de lire mes pensées... Serais-je en train de dérailler... ? Oui, mais en même temps, voilà quoi, je suis fifou, voyez-vous ? Hum... Il faudrait que je cesse ici tout cela. Oui, parce que sinon, j'aurai une preuve indélébile que je suis con. Et je réussirais à m'en persuader d'ici plusieurs années. Mais je ne suis pas con. Je suis même très intelligent. Plus que les autres en tout cas... Quoiqu'en ce moment, j'ai souvent des doutes. Alala ♫ ! Ne pensons plus à cela ! Sinon, c'est la déprime. Et Collapse ne déprime pas. C'est comme un slogan vendeur, m'voyez ? "Collapse ne déprime pas."

    "La kikoo... à ma place ? Elle t'aime elle acceptera de poser avec toi... elle pourra même montrer son soutif... et puis tu peux laisser ta braguette ouverte aussi si tu veux..."


    OKéé pour la Kikoo. Okéé pour son soutif, ça peut pas nous faire de mal... J'ai cru remarquer que... Par contre pour la braguette... Non. Y a pas moyen. Vraiment pas. Déjà... Je conçois que de gros hommes laids se branlent devant des décolletés bien remplis. D'une autre part, j'accepte totalement que des hommes aiment d'autres hommes. Oui, ce n'est pas de la tolérance, ça me semble juste normal. D'ailleurs, le Dark Director est gay... Mais que de gros hommes laids se branlent devant ma braguette ouverte... Non. Merci mais côté détraqué, j'ai déjà payé. Je suis plutôt ouvert aux possibilités nouvelles mais ça non. C'est une des raisons qui me poussent à penser que j'ai de la chance d'être un homme. Quoique ceci me donne à penser à ces grosses filles laides qui... Aha ! Bref ! C'est pas grave !
    Alors... Comment retrouver la kikoo ? Peut-être en poussant le cri de la kikoo. J'échauffe un peu ma voix et...

    "BESTAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!"

    Aussitôt, un bruit de course frénétique se fait entendre et la kikoo arrive et se jette à mon bras. Yes ! Exactement ce que j'avais prévu. Oh ! Une... Une deuxième. Elle se pend à mon autre bras. Une troisième... Qui s'accroche à... Aïe ! Putain ! On a pas idée de s'accrocher ici ! Merde ! C'est précieux tout ça !
    Je demande à... Kiki... de tenir l'appareil tandis que nous prenons la pose avec la première kikoo. Cependant, les deux autres semblent jalouses et veulent s'approprier l'objectif. Je leur permet de s'allonger à même le sol et de faire leur signes... je sais pas. C'est peut-être une alternative aux hormones d'attraction sexuelle qui leur manquent férocement... Enfin ! La photo est prise et est en cours d'impression ! Ah, la voilà ! Elle est magnifiquement horrible. Le contraste entre ma bogossitude et la laideur des kikoos est frappant. Voilà, dans le cadre aux multiples tâches blanches douteuses... Le tour est joué ! Que fait-on maintenant ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Pitoyable Rat De Laboratoire »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Féminin
► Messages : 207
◄ Inscrit le : 16/08/2010
Age : 26
Localisation : pacific isle

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: le désir

Ven 7 Jan - 16:37

Un cri étonnant sorti de la bouche de Collapse :

"BESTAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!"

Un bruit de course effrénée s’en suivit et une kikoo, deux kikoo, trois kikoo ouff je commence à m’endormir. Blague à part cette expérience est très concluante : une kikoo à l’appel d’une certaine bestah court dans la direction de l’appel quoi qu’il arrive, donc toutes les kikoos s’appellent bestah donc bestah ça craint comme mot point. Et HOP deux sur les bras, une sur la bit**. Collapse je te reconnais bien là ! Et les voila qui prennent la pose, inutile de préciser que c’est hilarant, elles font des poses si…si… kikoo à faire semblant de faire des bisous en faisant le signe peace… navrant. La photo, elle, est splendide, le meilleur cliché du siècle. On replace la photo dans le cadre et le cadre exactement au même endroit.

« Je sais pas toi mais moi j’aimerais bien voir sa réaction ! »

Nous sortons donc de la chambre maudite et nous cachâmes dans un coin, je renvoyai Kiki à ses occupations.
Le métalleux ne se fit pas attendre longtemps. Il arriva en même temps qu’un de ses amis, ils commençaient déjà à se foutre la main au slip avant même d’être entrée dans la chambre, ils entrent, ils continuent à rigoler et…

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH PAR LE DUVET DE JUSTIN BIEBER !!!!!!!! »

MOUAHAHAHAHAHA c’est drôle, nous sommes drôles, on des warriors, mouahaha y a la directrice qui se ramène ahahah elle cherche qui a déclenché l’alarme incendie ahaha… oh putain Collapse on va mourir !
La tête de bulldog de la directrice dominait celle de castor du CPE d'au moins 2 tête, cette girafe/chien n'avait pas l'habitude de rigoler avec ce genre d'histoire d'ailleurs là elle ne rigolait pas...

« on court ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Ven 7 Jan - 21:38

    « Je sais pas toi mais moi j’aimerais bien voir sa réaction ! »

    Oh que oui ! C'est même indispensable pour la suite de ma vie. Je ne peux pas mourir sans avoir vu ça ! Il faut donc sortir de la chambre. Nous nous adossons à l'angle du couloir, de manière à avoir une vue sur l'entrée de la chambre. Qu'est-ce que j'aimerais être invisible pour être dans cette chambre et voir leur gueule au moment fatidique. Pour une fois que je trouve le pouvoir de Peter utile, il faudrait que je m'enregistres dans un dictaphone ! Et que je lui envoie en gage d'amour. Pfrt ! Brefouille. Oh ! Le voilà ! Oh ! Il se déplace en meute ! Oh ! Il met sa main dans son froc ! Oh ! Il bande vite, c'est hallucinant ! Oh ! C'est absolument dégueulasse ce que je dis, il faut que j'arrête. Ah, je le dis pas je le pense donc je peux continuer. Ah...

    « AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH PAR LE DUVET DE JUSTIN BIEBER !!!!!!!! »

    Oh yeah ! Your reaction make my penis harder ! Non, je plaisante. Alala ♫ ! Je suis un petit rigolo des pensées décidément. Je me frotte les mains d'avance de la suite du programme. Oh ! Mais que vois-je ? Une grosse et grande dondon engoncée dans un bustier couleur crème surmonté d'une tête de bouledogue. Merde, la dirlo. Dire que je travaille sous ses ordres. Heureusement qu'elle est vieille fille et plus coincée que tout, parce que sinon, je suis sûr qu'elle serait une grande perverse. Genre tenue de cuir et tout le matos qui va avec. mais bon, ce n'est pas le cas, alors mieux vaut ne pas s'imaginer des trucs aussi horribles. Brrr... Elle est suivit par son toutou, le CPE. Une belle brochette de connards fachos. Bref, je suis sous leurs ordres et toute cette pagaille est entièrement ma faute. Il serait donc temps de tailler la zone. Oui, grand temps.

    « On court ? »

    Oui ! Il était temps que tu le proposes ! On croirait vraiment que tu lis dans mes pensées ma petite sen. On fait vraiment la paire tous les deux. C'est pour ça que je suis ton ami. Bien maintenant, on se tape un petit sprint !
    Aussitôt dit, aussitôt fait. Je prends Sen par le bras et l'entraîne vers l'extérieur. On sort rapidement et on referme doucement la porte derrière nous. Sen est essoufflée, une buée blanche sort de sa bouche et se perd dans la nuit. Aha ! Ça me donne envie de lui faire des choses. Bon, il faut que je la fasse rentrer dans sa chambre, je m'arrangerai pour être tranquille de mon côté. Je pourrais aller dormir dans la chambre de Sacha, elle n'est pas loin d'ici. Oui, je vais faire ça.

    "Sen, viens par là."

    Je l'accompagne jusqu'à sa fenêtre, qui se situe à un mètre au dessus du sol. Je commence à avoir froid. Je lui fais la courte échelle pour qu'elle rentre dans sa chambre. Je l'entends distinctement s'écraser sur le parquet en murmurant "Meeerde" et ça me fait sourire. Oh putain, je suis sûr que si je pisse, ça fait de la glace jaune.

    FIN SUR UNE NOTE POÉTIQUE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ► District Sud-Est :: Pensionnat-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit