AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

Un nouveau volet ouvert... {Pv.Collapse}

Aller à la page : Précédent  1, 2
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Jeu 23 Déc - 16:22

    Elle n'avait... pas l'air de lui en vouloir. Collapse remarqua qu'elle souriait. Il ne comprenait plus rien. Est-ce que ça voulait dire qu'il avait une chance ? Et déjà, voulait-il avoir une chance ? Pourquoi se retrouvait-il là à réfléchir, à se torturer l'esprit ? Pourquoi il avait envie de l'embrasser à nouveau alors qu'il s'était lui même sermonné la première fois ? Pourquoi avait-il du mal à se contrôler alors que son pouvoir était justement le self-control ? Quelle ironie ! Il n'avait d'ailleurs jamais utilisé son pouvoir sur lui-même. En avait-il envie ? Avait-il envie de se détacher de ce curieux grondement qu'il entendait au plus profond de lui-même ? Était-ce agréable ou désagréable ? Il n'en avait aucune idée. Il savait juste qu'il trouvait la jeune fille en face de lui particulièrement attirante. Et il constatait qu'elle s'approchait de lui pour s'asseoir à ses côtés. Quoi ? Ne lui en voulait-elle donc pas ? Vraiment pas ? Mais pourquoi ? S'était elle seulement rendue compte de la portée des actions du jeune surveillant ?
    Leurs épaules se touchaient presque et Collapse n'osait pas s'éloigner franchement de peur que la jeune fille le prenne mal. Et qu'elle referme son cœur précocement ouvert.

    "Tu es quelqu'un de gentil...pas un "naze"... Un "naze", il fait pas sourire et..et il apporte pas la chaleur dans le corps ou l'impression de toucher la lune... "

    Collapse se tourna lentement vers la jeune fille pour lâcher un pauvre sourire. Croisant les jambes sur le lit, il posa ses mains sur ses chevilles, touchant du doigt le petit bout de métal froid qui avait rendu ses chevilles si fragiles et sa vie si étrange. mais c'était aussi ce même bout de métal qui lui avait permis de rencontrer Hotaru. De toute façon, il n'avait jamais regretté d'être un Key. Aussi lointain qu'il sen souvenait, même quand on lui enfonçait des sondes à rayons X dans les côtes et qu'on lui tenaillait les orteils pour l'obliger à utiliser son pouvoir. Même là encore, il n'avait pas regretté. Mais au moins, Hotaru avait réussi à parler plus que d'habitude. Non pas que le bavardage était une bonne chose, mais quand on avait quelque chose sur le cœur, mieux valait que ça sorte. La jeune fille devait avoir beaucoup de choses sur le cœur et ne savait sûrement pas par quoi commencer. Elle était... comme une très jeune enfant qui ne distingue pas bien le mauvais du bon. C'était ça ! Le bien... Le mal... Le baiser volé... Après tout, il n'avait fait que poser ses lèvres sur celles d'Hotaru, et qu'est-ce qui pouvait faire croire là-dedans que la pratique était à abolir ? Surtout qu'il n'y avait là-dedans rien de douloureux, au contraire ! La lune avait-elle dit... parlait-elle de... ? Collapse esquissa un petit sourire puis se retourna complètement vers la jeune fille. Si elle ne savait pas il faudrait lui expliquer. Il se sentait comme un papa qui devait expliquer à sa fille que... embrasser le garçon, c'est pas un truc qu'on fait tous les jours pour s'amuser...

    "Tu sais... Non... Est-ce que tu sais qu'il y a pleins de choses qui t'appartiennent ici ? Par exemple, ce lit sur lequel nous sommes assis. Si tu le voulais, tu pourrais me demander de m'en aller de ce lit parce que tu n'aimes pas que je sois assis dessus. C'est pareil avec cette chambre d'ailleurs ! Tu pourrais me demander de sortir, et je t'obéirai ! C'est normal, puisque cette chambre t'appartient aussi sûrement que mes jambes appartiennent à mon corps. Mais il y a d'autres choses beaucoup plus importantes que ta chambre. Par exemple... (il posa un doigt sur les lèvres d'Hotaru) Tes lèvres. Ce que j'ai fait tout à l'heure... T'embrasser... Ce n'est pas un geste innocent. Ça veut dire que... Tu me plais. Que je te trouve attirante. Mais toi, de ton côté, tu peux me trouver repoussant, ne pas m'apprécier. Et dans ce cas, quand je t'embrasse tu dois me rejeter tu vois ? Tout à l'heure... ce que j'ai fait, c'était nul parce que tu ne savais pas tout ça. Et tu t'es laissée faire sans savoir tout ça... Mais maintenant, tu ne dois plus te laisser faire puisque ton corps t'appartiens et que tu le sais."

    Ouf... Après ce long monologue, Collapse s'étendit sur le lit avec un long soupir. Tout ce qu'il venait de dire... Il n'y avait jamais vraiment réfléchi. et il ne suivait pas vraiment tout ce qu'il avait dit à la lettre. Il est vrai qu'il n'embrassait que des filles qui lui plaisait un minimum... mais n'abusait-il pas ? Il ne savait plus très bien qui il était... Quelle heure était-il déjà ? Aucune idée. Depuis combien de temps était-il là ? Aucune idée. Était-il en train de tomber amoureux ? ... Aucune... Idée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 24
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Jeu 23 Déc - 17:13

    "Qui ne défend pas ses droits mérite de les perdre."

    Après sa petite phrase, le jeune homme partit dans un grand monologue comme pour lui apprendre les choses de la vie. Il l'avait précédé d'un sourire Et ses paroles, Hotaru les écoutait avec attention. C'est vrai..ce n'est pas tout les jours qu'on lui parlait autant alors autant en profiter. Au milieu de ses tirades, le jeune homme avait glisser un geste agréable et surprise : il posa un de ses doigts fins sur les lèvres de la perle bleue qui ressentit un petit frisson lui parcourir le dos.

    Il s'allongea sur le lit, sur ce lit qu'elle avait maintenant pour elle. Cela elle savait bien que ce qui était ici étai à elle. Mais après tout n'était ce pas la même chose partout ? La jeune fille n'avait rien de vraiment à elle : aucun objet qu'on lui a offert ou donné. Tout ce qu'elle avait à elle c'était cette clef verte au dessus de sa poitrine. Une clef lui permettant de faire un avec la nature autour d'elle et l'utiliser de temps à autre. Mais cette clef, elle ne l'avait pas choisie : elle l'avait eu et n'avait pas le choix alors peut on vraiment parler de bien à elle, précieux... Alors la nature, c'est un bien très précieux et trop souvent, malheureusement, nous lui manquons de respect, la polluons, la détruisons avec nos modes de vie irresponsables et destructeurs. C'est un bien précieux pour tous et avoir la capacité de la guider à sa guise en devient important et dangereux. Mais dans cette chambre, aucun bien n'était à elle. A si : sa poupée vaudoue au pied de la table noire. Il y avait un H inscrit dessus comme si quelqu'un avait voulu la tuer une fois... Ah je vous jure, quelle bien rassurant ! Je m'égare, revenons à notre mouto...Collapse. Finalement le jeune homme lui 'révéla' que le baiser n'était pas comme ça, pour tout le monde... Maintenant elle comprenait pourquoi. Comment pouvait on donner n'importe qui un baiser si précieux et apportant autant de bonheur à la personne embrassée.

    Une phrase choqua la jeune femme : « tu peux me trouver repoussant, ne pas m'apprécier […] quand je t'embrasse tu dois me rejeter tu vois ?». Hein le rejeter, repoussant... ? Mais Hotaru ne pensait vraiment pas tout cela, c'était même le contraire : elle aimait sa présence, il pouvait faire ce qu'il souhaitait, il était gentil, aimable... Son cœur battait la chamade sans sembler vouloir s’arrêter sans que ça fasse mal, au contraire. Comment pouvait elle lui montrer qu'il ne faut pas se demander ce qu'elle pense de lui, comment prouver l'attachement qu'on porte à quelqu'un ? Est ce que tout cela est suffisant pour donner un baiser comme celui qu'il lui avait fait ? Alors qu'il était allongé sur le lit, la jeune fille eu une envie guidée par son cœur : elle posa ses mains des deux côtés du jeune homme et baissa doucement son visage du sien. Elle voulait elle aussi donner la magie qu'il lui avait offert. Ses fines lèvres se posèrent sur celle du jeune homme et la jeune femme ferma les yeux comme pour lui faire comprendre ce qu'elle pensait de lui. En fait, elle ne voulait plus qu'il s'en aille, elle avait peur qu'il ne revienne pas la voir comme il l'avait fait là... qu'était ce ses intentions, ses envies que la perle ne pensait jamais avoir ? A son habitude elle avait toujours peur de déranger mais cette fois, c'est elle qui demandait de prendre du temps à Collapse. Finalement elle venait de faire son monologue intérieur. Mais elle décida, seule, de laisser de côté ses questions et se concentra sur deux baisers qu'elle donna, avec son cœur, au jeune homme.

    Un baiser n’a pas besoin d'être profond pour procurer du plaisir et amener le désir d'en faire plus. Pourtant elle était aller plus loin et en avait donné deux dans de beaux papiers cadeaux. Goûtez ses lèvres, humez-en l'odeur, savourez l'instant. La caresse des lèvres donne de plus un aperçu sur la capacité de chacun à donner et à recevoir du plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Dim 26 Déc - 21:55

    Il regardait le plafond et se demandait simplement pourquoi il y avait une fissure unique, en parfaite ligne droite parallèle avec l'arête que formait le mur avec le plafond. Cette fissure était-elle normale ou bien dangereuse ? Il ne supporterait pas de laisser Hotaru dans une chambre à risque. Jusqu'à ce qu'il se rende compte que cette "fissure" était en réalité un large coup de feutre qu'un constructeur avait du tracer puis oublier. Aucun risque donc pour la jeune femme. Collapse se surprit à soupirer de soulagement. Puis la scène bascula à son désavantage. La marque noire fut remplacé par le visage marmoréen d'Hotaru et le surveillant réprima un violent tremblement de surprise. Puis, réalisant la proximité de leur deux corps, il sentit un désir sourd monter en lui et espérait que rien ne pouvait le trahir. Ah si. Mais heureusement, la chose en question n'était pas dans le champs de vision de la jeune fille.
    Enfin, Hotaru approcha encore son visage de celui de Collapse et posa ses lèvres sur celles du surveillant. Il ressentit d'abord une intense surprise. Il n'en croyait pas ses yeux ! Après, vint quelques secondes de flottement où il se demanda très sérieusement s'il n'était pas en train de rêver. Ensuite, il prit conscience de la sensation onctueuse qu'il ressentait, du souffle qui n'était pas le sien et qui envahissait sa bouche. Il n'osait fermer les yeux, ne voulait manquer une seconde des longs cils lui caressant les joues et des cheveux sombres tomber peu à peu autour d'eux. Pour s'éparpiller en mèches folles sur les draps et l'oreiller. Ensuite, il considéra l'action dans sa totalité. Cette fille sur un lit qui l'embrassait tendrement. Ses mains négligemment posées sur le matelas. Que faisait-il ? Pourquoi ne la prenait-il pas dans ses bras ? Pourquoi ne glissait-il pas ses mains le long du corps d'Hotaru pour en apprécier les courbes ? Il perdit son contact quelques secondes où elle se détacha de lui, pour replonger vers le jeune homme. Il vécut cette séparation comme un réveil. Il se retrouvait libre de faire les mouvements qu'il avait voulu effectuer mais qu'il n'avait pu faire quelques secondes auparavant. Il se trouvait encore trop lent mais s'en souciait peu. Il posa ses mais surs hanches de la jeune femme. La trouva très mince. Puis descendit jusqu'à sa taille. Il mesurait à quel point Hotaru était une belle femme et commençait à comprendre l'effet qu'elle avait sur lui. En même temps, le désir qu'il ressentait à son égard était simplement celui d'un jeune homme face à une très belle femme. Cette sensation, il l'avait déjà ressentie auparavant. Et cela le rassurait. Mais pourquoi alors était-ce différent ? Comment était-ce différent ? Il ne comprenait pas ou alors ne voulait pas comprendre. Et pour le moment, il ne voulait pas répondre à toutes ces questions. Il voulait que cette situation ressemble à toutes les autres... Il voulait oublier ce poids dans sa poitrine. Il voulait empêcher des mots qui lui brûlaient pourtant les lèvres de sortir. Ce baiser était peut-être venu à point.... Il avait le mérite de lui donner une bonne raison pour ne pas dire ce qu'il voulait dire. Le voulait-il d'ailleurs ?
    Raffermissant la pression qu'il avait sur la taille de la jeune fille, il retourna la situation et plaqua le petit corps sur le lit. Il esquissa un petit sourire faussement contrit, discrédité par son regard brûlant.
    Il retint un "Je n'ai pas l'habitude d'être en dessous...", se contentant de la dévorer du regard pendant quelques secondes. Il suivait des yeux le contour de la mâchoire, la courbe de l'œil, le coin tremblant de la bouche., les cheveux en bataille qui ressemblaient à une tache d'encre sur le drap blanc. Puis il l'embrassa à nouveau... Le cou, le nez, le front, la bouche... Il voulait qu'elle se consume sous ses baisers.
    Mais il ne pouvait pas dire que... Qu'il l'aimait ? Non... Et puis elle était tellement pure... Il aurait l'impression d'être un salaud. Il douterait lui-même de sa sincérité. Il craindrait de la briser en la serrant dans ses bras. Est-ce que quelqu'un en ce monde était assez fort pour supporter son amour ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 24
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Mer 29 Déc - 22:09

    "Un premier amour jette dans le coeur de profondes racines qui étouffent jusqu'aux germes des sentiments antérieurs."

    Embrasser, c’est tout un art. Cependant, il n’existe pas de règles en matière de baiser, ni de baiser standard : l’essentiel est d’y mettre son cœur. Mais tout deux, qui n'avait fait que se rencontrer, s’apprivoiser, se soulager, se regarder, faisaient de leurs baisers des milliers de tableaux fabuleux.

    Le jeune homme finit par se relever pour allonger la jeune femme sur le lit blanc. On ne peut pas dire que ça tombait mal, Hotaru n'est pas une très forte fille surtout dans ses bras et elle n'aurait pas put tenir très longtemps. Et puis des baisers, des baisers à en pleuvoir. Pour la première fois de sa vie la perle bleue avait l'impression de compter, d'être importante aux yeux de quelqu'un. Avoir de l'importance, compter, importer... de telles choses peuvent être donner à n'importe quel objet mais à un homme ou une femme tout devient si difficile.
    Même sa propre mère n'avait été capable de donner ne serait qu'un peut d'amour pour elle, alors comment ce fait il que lui y arrive ? Il ferma les yeux, ouvrant légèrement la bouche puis enlaça le jeune homme de ses bras fins. Elle l'a vu et il l'a vu. Indéniablement son cœur à pour la première fois chaviré et elle ne sait pas pourquoi mais elle se sent aux anges.

    Est ce que son cœur battait assez fort pour pouvoir dire qu'elle l'aimait ? Aimer, le terme paraît si familier... J'aime ma femme au même titre que j'aime les éclairs au chocolat... ? Le mot est usité dans nombre de contextes... On aime, on aime pas... Passons la définition du dictionnaire. Et lorsqu'on y réfléchit réellement, a-t-on une définition de ce terme ? On évoque des sentiments, des sensations, des émotions... rien de bien concret en fait. Pourtant chacun de nous utilise ce terme dans la vie quotidienne. Un homme a besoin de se sentir aimé, une femme également, mais le besoin réside dans le simple fait de prononcer cette phrase : «je t'aime». Elle ne pouvait pourtant la prononcer. Elle ne pouvait alors que son coeur battait la chamade et son cerveau était en ébullition.

    Alors qu'elle rougissait... oh attendez... stop ! Y'a une autre couleur sur le visage d'Hotaru que blanc et bleu : c'est à prendre en photo et conservé dans un cahier imbrulable. Si vos pommettes se colorent, c'est que leurs petits vaisseaux sanguins se dilatent d'un seul coup pour contenir un afflux sanguin plus important que d'habitude. C'est cette réaction qui vous donne également la sensation d'avoir les joues brûlantes... ok stop les esplications scientifiques... en plus elle ne doit pas être super normale puisqu'elle rougissait jamais. Finalement, c'est donc avec une teinture en plus que la jeune femme dit, son regard d'océan infini dans les yeux de Collapse :

    "J'ai pas beaucoup de chose vraiment à moi....mais je voudrais que tu sois important comme quelque chose à moi...et que pour toi aussi je sois importante."

    Ouai bon c'est pas une super façon de déclarer son amour mais bon il a intérêt de faire avec... Non elle ne dira surement jamais : "Mon amour, tu es mon chocolat, tu es à croquer, tendre et parfois corsé, je te découvre chaque jour comme une papillote, tu me fais fondre, je t'aime ! " Mais bon c'est pas si mal... Comment traduire avec des mots, ou des marques d’affection, l’amour si profond et si sincère que l’on ressent pour la personne avec laquelle on vient de redécouvrir le monde ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Mer 29 Déc - 23:35

    Il ne savait plus où il était, mais ça lui était complètement égal. Tout ce qui comptait, c'était que ce petit corps de femme ne soit pas écrasé par le sien. Tout ce qui comptait c'était ce visage d'ange à la peau si douce avec lequel il était si difficile de rompre le contact. Il avait l'impression que sortir de cette chambre signifierait perdre une partie de lui-même. Une partie très importante qu'il avait en lui depuis longtemps mais qui étais auparavant endormie et qui se réveillait doucement. Il lui semblait aussi que quand cette partie serait complètement éveillée, il aurait beaucoup de mal à vivre avec la simple idée qu'il puisse être séparé d'Hotaru. Un curieux pressentiment montait peu à peu en lui. Cette partie de lui-même était dangereuse et étouffante. Lui qui ne voulait être un poids pour personne, il savait qu'il pouvait devenir possessif, voire violent et paranoïaque. Mais tout cela faisait partie d'une folie qu'il avait enterré très loin... Pas assez apparemment. D'où lui venait cette affection violente, cette amour tumultueux ? Peut-être de ses parents qui l'avaient trahis mais qu'il aurait préféré aimer de tout son cœur... Peut-être avait-il, depuis plusieurs années, emmagasiné l'amour qu'il aurait du donner de ci de là aux personnes de son entourage... Oui, voilà... Collapse était un amoureux, mais il n'avait jamais été amoureux de personne. Jusque là il n'en avait absolument pas eu conscience. Et là, se rendait-il compte ? Commençait-il à mesurer tout ce furieux sentiment qu'il portait en lui et qui ne demandait qu'à sortir ? Je dirais que non... Et je crois sincèrement que c'est mieux pour l'instant, car il s'en rendra compte bien assez tôt. Il aura sûrement bien peur de lui... Arrivera-t-il à se contrôler ? S'il n'y parvient pas, son caractère le poussera à se renfermer pour protéger les autres de lui-même. Et plus précisément Hotaru. Il ne l'admet pas alors qu'il la couvre de baisers. Il ne veut rien entendre alors qu'il souffre dès que ses lèvres quittent celles d'Hotaru... mais moi, je sais. Puisque je suis un narrateur omniscient, assimilé à Dieu, que collapse est en train de tomber amoureux d'Hotaru. Comme le flux des vagues. Chaque seconde devrait lui permettre de se rendre compte qu'il aime cette fille. A chaque seconde, il retombe amoureux. Mais toutes ces chutes qu'il ressent au plus profond de son être comme des ondes sismiques, il ne les assimile pas à de l'amour. Non. Collapse croit que tout ça est du désir. Il se trompe lourdement mais je ne peux rien faire pour le remettre sur la bonne voie.
    Alors qu'il se détache d'elle, jusque là aveuglé, il aperçoit les rougeurs naissantes sur le visage de la jeune fille et est stoppé dans son élan. Il sourit tendrement à la vue de ces nouvelles couleurs. Il l'avait chamboulé, il le savait. Il avait assez confiance en lui pour savoir qu'il lui avait fait de l'effet, mais étant donné que son cerveau ne fonctionnait pas trop correctement il n'assimila pas tout de suite cet effet au fait que Collapse était devenu très important pour Hotaru... Non actuellement, ses pensées étaient encore bloquées sur un simple "Elle est magnifique..." Qu'avait-elle changé en lui ? La petite femme au clair de lune... Elle n'avait strictement rien changé en lui. Il était toujours le même. Mais des sentiments refoulés supplantaient maintenant tous les autres. Théoriquement, et aux yeux de tous les autres, on dira "Collapse a changé", mais au fond, il ne fait que redevenir lui-même.
    Soudain, il est happé par cet océan infini et retient un grognement de contentement. Elle le regarde droit dans les yeux, il savoure. Et enfin, elle entrouvre les lèvres pour parler.

    "J'ai pas beaucoup de chose vraiment à moi....mais je voudrais que tu sois important comme quelque chose à moi...et que pour toi aussi je sois importante."

    Une longue série d'engrenage s'anime à vitesse grand V dans l'esprit du jeune surveillant. "Important, qu'est-ce que ça veut dire ?" Telle est sa première réaction. Après il se demande si elle est amoureuse de lui. Mais pour la première fois, l'idée ne lui déplait pas, bien au contraire. Lui vient alors une image étrange, où il se voit père avec les enfants de sa belle femme aux longs cheveux bleus. Il secoue la tête. Quoi ? Fonder une famille ?! Mais enfin, à quoi pensait-il ?
    Et voilà qu'il se met à rougir à son tour...
    Et enfin, lentement, il repense à ce qu'il s'est passé cette soirée... Il penche la tête vers Hotaru, replonge son regard dans le sien. Fouille un peu. A un déclic. Il se revoit devenir fou. Il se revoit l'embrasser la première fois et s'en vouloir. il se revoit la dévorer du regard... Et ensuite plus concrètement. Il écarquille les yeux une seconde. Puis son visage se décrispe, se radoucit, il ferme les yeux et soupire de soulagement. L'a-t-il admis ? A-t-il admis qu'il l'aimait ? Oui pour l'instant. La folie du moment ne lui permet pas de tout réaliser d'un coup. Peut-être plus tard, se frappera-t-il la tête contre les murs dans l'espoir de se comprendre. Ou peut-être fera-t-il pire... Mais pour l'instant, il est serein. Il sait ce qu'il fait. Tout lui semble clair et il comprend parfaitement ce qu'il ressent. Doucement, il se redresse et aide Hotaru à se relever à son tour puis serre les deux petites mains entre les siennes, beaucoup plus grandes.

    "Hotaru... Tu sais, tout ça... J'ai comme un gros mal de ventre et en même temps ça me rend heureux. J'ai l'impression que je ne pourrais pas passer le pas de cette porte sans tout faire pour revenir à tes côtés dans la seconde qui suit. J'ai l'impression que si je te quittais, c'est comme si on m'arrachait la moitié de mon corps... Tu es devenue très importante pour moi. Et si tu veux... Je... Enfin si tu juges que je peux être important pour toi... ça ne me rendrait que plus heureux... Et tout ça... Tout ça, c'est parce que je crois que... Je suis amoureux de toi... Je ne sais pas si dire ça à encore une signification pour toi. Pour moi, jusqu'à maintenant, ça n'en avait aucune : les gens usent et abusent de cette déclaration qui est devenue vide de sens peu à peu. Du moins, c'est ce que je croyais. Mais là... Je te le dis et je comprends que les mots contiennent ce qu'on leur donne. Je t'aime, Hotaru, si je le dis c'est parce que... C'est vrai..."

    C'était un peu maladroit mais il l'avait dit ! Alors ? Quelqu'un a-t-il eu la bonne idée de tout enregistrer sur un magnéto pour pouvoir lui ressortir plus tard s'il se met à douter ? Non ? On ne peut vraiment pas compter sur vous...

    "Mon cœur bat à tout rompre... Il joue du Mozart, je crois."

    Il essayais de plaisanter parce qu'il avait le tournis après tout ce qu'il venait de dire. La bête se réveillait doucement, inexorablement. Pour l'instant, il n'avait pas peur, mais ça ne saurait tarder.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 24
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Jeu 30 Déc - 23:50

    "L'amour sans une certaine folie ne vaut pas une sardine"
    Un regard, un regard perdu dans ses yeux que la jeune femme dévorait autant qu'un thé irlandais ou qu'un bon livre. Après réflexion, elle y nageait. Ses yeux étaient comme la mer que l'on voit voir durant les vacances, qui vous accueille près de chez papi et mamie. Alors que ceux d'Hotaru sont un immense océan où tout marin peut se noyer.

    Mais bon sans, comment arrivait il à articuler autant et aussi bien celui là. Quand je pense que la gamine n'est même pas capable de faire une phrase entière pour exprimer ses sentiments. Les sentiments...L'envie de lui parler pendant des heures et de plus en plus. Elle s'aperçoit que tu prend de la place dans mon cœur. Elle veut le garder, le dévoré du regard. Elle n'a jamais ressentie autant d'amour pour une personne et pourtant elle le connait a peine.

    "J'ai l'impression que si je te quittais, c'est comme si on m'arrachait la moitié de mon corps... Tu es devenue très importante pour moi. [..] je peux être important pour toi[...] Je suis amoureux de toi..."

    Le besoin d'être important pour quelqu'un, besoin essentiel pour la jeune femme qui ne voyait que des regards dégoutés de jeunes hommes ou terrorisés des jeunes femmes. Être important est tout et rien a la fois: celle-ci ne peut pas posséder une définition; se sont ainsi les hommes qui ont chacun sa propre vision de ce qui veut dire important et Hotaru voulait qu'on est besoin d'elle, que son réconfort atteigne les gens, que ses yeux profonds adoucissent les gens... et surtout qu'il pense à elle... Égoïste de sa part sans doute mais l'amour n'est il pas un sentiment égoïste au départ ?

    Aucune signification à l'amour ? Au contraire ! La jeune fille avait le cœur qui battait la chamade, ses yeux scintillaient, le sourire enfin affiché...C'est là toute la complexité de la chose.

    "Je t'aime, Hotaru..."

    Les yeux de la jeune femme s'ouvrirent entièrement laissant un océan immense se peindre dans ses yeux. La surprise était elle que de petites larmes restaient accrochés à ses yeux juste au dessus de ses joues légèrement rosies. Une vrai poupée de porcelaine. Non qu'elle ignorait les brides de sentiments qu'elle avait put entrevoir mais le mot, la phrase fait toujours un énorme boum dans le cœur d'un homme... Deux larmes ont coulés aujourd'hui... une de tristesse et l'autre de joie. Égales ou différentes ? Elles sont toutes deux faites d'émotion ...

    Une note de piano..deux notes de piano. *je t'aime Hotaru* Hein, quoi... comment pouvait elle entendre son frère dans un moment pareil ? Maintenant des images s'affichèrent : un jeune homme aux cheveux et aux yeux bleus, assis à un piano jouait l'hiver de Vivaldi pour la jeune fille. Un sourire au lèvre, une voie douce et chaleureuse... mais un brouillard reste sur son visage, la jeune fille ne voyait plus ce visage tant aimé. La jeune fille sera un peu plus ses doigts sur le jeune homme comme pour se rassurer qu'elle était bien avec lui et non dans une cage avec des souvenirs qu'elle ne reverra sans doute jamais.

    Mozart ? Je crois qu'il faut avoir étudié attentivement la vie entière de Mozart pour se faire une juste idée de l'immensité de son talent et de la grandeur de son caractère.Par ses dons précoces, Mozart demeure un cas exceptionnel. Au-delà de l'enfant prodige dont le talent fascine, le créateur de génie sut mettre à profit les expériences acquises au cours d'une jeunesse passée à voyager à travers le monde...mais je vous laisse faire vos recherches là dessus et je vous jure que Vivaldi est un auteur des plus remarquable. Si votre coeur va aussi boume que Mozart, celui d'Hotaru fait le printemps de ce musicien célèbre. Tout deux semblent jouer un excellent orchestre...

    "Il existe des larmes de joie
    Il existe des larmes de tristesse
    Mais aucune de celles ci ne peuvent exprimer
    Les sentiments que j'ai pour toi...
    Un mélange de joie quand je te vois
    Un mélange de tristesse quand tu t'en va...
    Alors tout simplement,
    Ne part pas..."


    Un cours poème, des phrases entremêlées qu'elle avait déjà délivrées à quelqu'un mais sans retour. Ces mots, elle les avait écrit sur un bout de papier chiffonné quand son père est partit en voyage. Mais ces derniers étaient faux, ils n'étaient inscrits sur ce papier que parce qu'elle y avait été forcé. Mais jamais elle ne les avait pensé un seul instant. Son père devait être en train de retrouver son frère pour trouver un héritier à sa fortune mais jamais il ne le trouvera parce que son frère a un cœur trop tendre pour la brute au cœur de pierre qu'est leur père.
    Mais enfin les mots prenaient leur sens ! Enfin les mots pouvaient être écrit sur du papier doré ! Enfin les sentiments étaient attachés à la plume qui danse sur le papier ! Mais il n'y avait plus besoin de les écrire puisque maintenant elle les avis du tout haut, devant son regard, sous ses baisers et personne ne pourra déchirer cette page de poème...
    Le regard attendrissant, les sourcils apaisés, la jeune fille se releva pour se recroqueviller sur le torse de Collapse et les yeux clos. Elle se sentait bien ainsi. La perle bleue pouvait narguer son père de là où elle était, elle pouvait tirer la langue aux scientifiques chinois qui ont essayés d’arrêter le directeur ! Mais surtout elle pouvait sourire... un vrai sourire d'une enfant soulagé. En cet instant, elle avait oublié les élèves de l'académie et les ennuis. Seul lui, seul Collapse a le droit de le voir...

    *mon sourire*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Dim 2 Jan - 12:53

    "Il existe des larmes de joie
    Il existe des larmes de tristesse
    Mais aucune de celles ci ne peuvent exprimer
    Les sentiments que j'ai pour toi...
    Un mélange de joie quand je te vois
    Un mélange de tristesse quand tu t'en va...
    Alors tout simplement,
    Ne part pas...
    "

    C'était comme une mélodie à l'écho un peu sourd qui montait directement de leur deux coeurs. Elle et ses sentiments enfin dévoilés; lui et les battements frénétiques, irréguliers qui l’étouffaient presque. Il était certain qu'elle pouvait l'entendre. Certain que la Terre allait se mettre à trembler s'il ne se calmait pas. Les battements lui secouaient le cerveau. Étaient-ils désagréables ? Non ! Ne vivait-il pas pour cette sensation de chamboulement perpétuel ? Il ne savait pas que ce chamboulement serait provoqué par une femme... Et maintenant ? Que faire ? Pour l'instant, en profiter. C'était tout ce qui lui venait à l'esprit. Non... Ça ne lui venait à l'esprit. Tout ce qu'il savait c'était qu'une chaleur irradiait de tout son corps. Il croyait savoir d'où ça venait mais tout était tellement confus... Si confus...
    Enfin, quand Hotaru finit par s'appuyer contre torse, son coeur, déjà passablement sollicité, rata un battement. Il avala difficilement sa salive, puis finit par entourer le petit corps de ses bras. Il hésita une seconde à la serrer dans ses bras, mais finit par le faire, doucement. Il ne savait pas de quoi il avait peur... Il avait même du mal à savoir s'il avait peur. Tout ce qu'il savait c'était que ce petit corps contre le sien était vivant. Il savait qu'il entendait la respiration tranquille. Il baissa la tête pour la plonger dans les cheveux d'encre. Il y avait comme quelque chose qui... Mais il était un peu aveugle... Son horizon se limitait à la chevelure. Mais peut-être que s'il...
    A l'aveugle, il porta sa main au visage d'Hotaru, passa un doigt sur la joue et enfin put apprécier la courbure des lèvres... Il esquissa un sourire dans l'ombre de cette soirée.

    "Hotaru... Tu souris."

    Il s'éloigna doucement d'elle pour pouvoir la voir... Mais peut-être n'aurait-il pas du ? Car au moment où il vit ce sourire, il sut très simplement qu'il ne pourrait plus jamais la quitter. C'était comme ça. Il le savait. Plus tard, essaierait-il de le nier, il ne pourrait que l'admettre. Mais là, il était serein. Il répondit simplement à ce sourire si précieux et se promit de graver à jamais cette image dans sa tête. Il la trouvait magnifique. Elle avait un sourire tellement vrai... Il avait peur de briser cet instant... Alors même s'il rêvait de l'embrasser à nouveau, il n'en fit rien et se contenta de boire cette image, cet instant.... Pour qu'il ne l'oublie jamais, même dans les moments de doute ou de peur. On ne pouvait dire le contraire : Collapse aimait Hotaru.
    C'était d'ailleurs presque douloureux ; il sentait tout son corps tendre vers cette femme et en même temps, il savait qu'il devait se montrer calme, patient. Il voulait qu'elle ait à jamais confiance en lui. Il voulait qu'elle voit un Collapse qui savait ce qu'il faisait. Alors qu'en réalité, il tremblait de l'intérieur. Des ondes qui le déchiraient au rythme des battements de son coeur. Tout s'effondrait. Tout était détruit. Pour mieux se reconstruire... Mais la reconstruction était étrange. C'est comme si tout son esprit, emmurait cette image souriante de la jeune fille. Comme si des milliers de parcelles du surveillant se réunissaient pour s'abreuver cruellement de cette image, pour profiter de cette chaleur... Pour la dévorer... Était-ce à quoi ressemblait son amour ? Non ! Il ne le voulait pas ! Que se passait-il ? D'où lui venait cet amour cruel ? Pourquoi ça alors qu'il voulait protéger Hotaru et la rendre heureuse ?
    Il leva à nouveau les yeux vers ce visage d'ange, et son regard se voila lentement. Quelle importance ! Il l'avait en face de lui ! Elle l'aimait ! Pourquoi s’embarrasser de peur et de doute alors que tout était là ? Tout ce vers quoi il tendait était en face de lui !
    Alors, pour se donner bonne mesure, il prit le poignet d'Hotaru d'une main, plaça l'autre dans le dos de la jeune fille au niveau de ses omoplates. Enfin, il l'embrassa à nouveau. Tout d'abord, doucement, calmement. La vague était encore loin. Puis, de façon plus appuyée... Il savait qu'il allait perdre le contrôle. Il savait que les digues allaient bientôt lâcher à l'assaut de la vague... Qui était en fait, un raz-de-marré. Son baiser se fit bientôt avide, presque intrusif ou trop curieux... Il s'effrayait. Il commençait à deviner l'origine de sa peur. Et ne fut pas étonné de voir qu'elle venait de lui-même. Il essayait désespérément de briser son étreinte, mais il ne parvenait pas à la lâcher. Dans un sursaut de courage pourtant, il rompit le contact brusquement et s'éloigna de quelques centimètres. Il lança un regard d'excuse en s'éloignant encore. Il devait s'expliquer ! Rester sur un malentendu serait digne de ces films à l'eau de rose un peu nunuches.

    "J'ai... L'impression que je suis un peu dangereux. C'est que... Je n'étais jamais tombé amoureux alors je suppose que c'est parce que je ne sais pas comment faire... Mais... C'est étrange... Tu... Moi je suis dangereux. Vraiment. Et toi Hotaru... Tu as... Les cheveux bleus ?"

    Heing ?! Mais ça n'avait absolument aucun rapport ! Pourquoi disait-il... ? Ah, je vois. Il était incapable de lui demander de s'éloigner... Il était incapable de la mettre vraiment en garde car il avait envie qu'elle prenne le risque de rester à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 24
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Ven 7 Jan - 23:48

    "Un sourire est souvent l'essentiel. On est payé par un sourire. On est récompensé par un sourire."

    Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup. Il enrichit ceux qui le reçoivent, sans appauvrir ceux qui le donnent. Il ne dure qu'un instant mais son souvenir est parfois éternel. Personne n'est assez riche pour pouvoir s'en passer. Personne n'est trop pauvre pour ne pas le donner. Il crée le bonheur au foyer. Il est le signe sensible de l'amitié. Un sourire donne du repos à l'être fatigué. Un sourire rend du courage au plus découragé. Si quelquefois vous rencontrez une personne qui ne vous donne pas le sourire que vous méritez, soyez généreux, donnez lui le vôtre. Nul n'a autant besoin d'un sourire que celui qui ne peut en donner aux autres !

    Loin des temps ancestraux, où l'homme, plus proche de l'animal, se contentait de quelques plaisirs futiles, le bonheur humain, est devenu une véritable question universelle voir existentielle. Car, le bonheur est avant tout un sentiment personnel. L'homme atteint-il cette plénitude aussi simplement ? Et de quoi le bonheur humain est-il constitué ? Aussi, cette étude pose le problème suivant : peut-on être heureux sans le savoir ? Après tout on pouvait dire que le sourire qu'avait affiché la jeune femme pouvait refléter son bonheur sans même qu'elle ne s'en rende compte. Elle n'avait pas senti que ses lèvres bougeaient légèrement mais son cœur battait la chamade tout en installant une sensation de paix. Prenons un exemple simple : celui du sentiment amoureux. Lorsque nous sommes avec la personne que l'on aime certains parlent « d'adrénaline », ou bien encore de « passion ». Une sorte de fusion dans l'âme qui se traduit par des élans d'affections, des mots, des regards, des sourires. Ces ressentis positifs sont donc bien concrets, on peut les percevoir, ce qui veut donc bien dire que le bonheur est conscient avant tout. Alors ces frissons, étaient tous révélateurs d'un bonheur inconnu...
    Mais quelle est cette émotion si intense qui envahit tout notre être à la vue ou à la pensée d’une personne en particulier ? Elle finit par dire...

    "J'ai... L'impression que je suis un peu dangereux. C'est que... Je n'étais jamais tombé amoureux alors je suppose que c'est parce que je ne sais pas comment faire... Mais... C'est étrange... Tu... Moi je suis dangereux. Vraiment. Et toi Hotaru... Tu as... Les cheveux bleus ?"

    Ce sentiment peut aussi modifier notre comportement : on devient alors beaucoup plus tolérante et patiente à l’égard de l’être désiré. Elle voulait donc lui prouver qu'il était tout sauf... Dangereux ? A part l'avoir embrassé sur un coup de tête et basculer la jeune femme sur le lit, sous lui... nan à part ça, rien de dangereux n'avait été fait. Non le jeune homme était tout l'inverse de ce mot aux épines de roses. L'inconnu est un petit chien inoffensif qui rugit comme un lion. Pourtant Collapse était resté ce chien mais avait grandit et devenait un protecteur acharné pour protéger la jeune femme ou un grand joueur pour l’occuper.

    Elle perdit son sourire comme il était arrivé. Pourtant aux cafouillements du jeune homme et de son erreur dut à la gène, elle avait toujours cette lueur de joie dans les yeux. Des nouveaux baisers s'ajoutèrent aux précédents mais ceux là n'étaient pas tout à fait pareil. Un était remplis de questions puis l'autre parut nerveux aux lèvres de la perle bleue. Cette dernière fut surprise de le voir s'éloigner, comme apeuré. Avait elle fait quelque chose de mal ? Moi, j'ai tout de suite pensé qu'il était raciste envers les cheveux bleus mais c'est un peu tiré par les cheveux (hu hu hu), je l'avoue. Je laisse donc la surprise à Hotaru. Cette dernière comprit une chose : le jeune homme avait plus peur de faire peur que de vraiment le faire. Phrases français ? Non mais pourtant qui porte tout son sens.

    Pour montrer qu'il ne lui faisait vraiment pas peur, la jeune femme s'approcha tout doucement du jeune chiot inquiet. Elle prit un air apaisant et s'approcha encore puis elle posa un doigt sur son bras. Finalement, son autre main se posa sur un des épaules du beau blond... Elle s’arrêta pour ne pas l'effrayer et lui redonner confiance. Elle ne savait que dire et si elle disait quelque chose, cela pourrait que le faire partir. Pourtant la jeune femme ne voulait pas qu'il parte. Elle aurait tant voulu qu'il reste des jours entiers à ses côtés. Finalement ses lèvres s'ouvrir pour déclarer doucement :

    - J'ai moins peur avec...avec un homme dangereux. Qu'à..qu'à l'extérieur ou sans lui...

    Magnifique citation n'est ce pas ? Hmm... Oui, la jeune femme avait une certaine anxiété sociale... Le désordre social est une peur irrationnelle de se sentir humilié dans toutes les situations sociales du quotidien. Elle pourra aussi s'inquiéter toute une semaine au sujet d'une réunion d'équipe pour le travail, la peur au ventre d'avoir à répondre à une quelconque question ou de présenter aux cours. On ne peut pas vraiment dire que la jeune femme vit une phobie mais la peur est intense depuis qu'elle n'est plus la jeune Hotaru "d'avant". Depuis qu'elle a vécu dans un autre monde toute son enfance, une immense peur s'est installé. En fait, elle est entre la timidité et l'anxiété. Mais à présent, en compagnie de Collapse, la jeune femme avait toujours peur mais elle l’oubliait tant qu'il était là. Maintenant c'était sur, tout deux était important pour l'autre et personne ne pourrait le nier....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Sam 29 Jan - 17:44

    Dans ce cas-là... Parfois la fuite... Comme un bourdonnement dans les oreilles. Ou alors une chanson... Est-ce agréable ? Do you want me to repeat the question ? Que se passe-t-il ? Que doit-on faire ? Il fait jour ou nuit ? Il y a un trou dans ma chaussette.
    Les pensées de Collapse étaient à ce moment précis un imbroglio, qui par définition était inextricable. Deux idées directrices semblaient pourtant se détacher des autres pour guider le flux dans deux directions partiellement opposées. De 1) Que fais-je ici ? De 2) J'ai envie de dormir ici cette nuit. On comprendra aisément pourquoi il est perdu. Une suggestion pour le dégager de cette situation difficile ?
    Revenons-en donc au début... La fuite ? Mais toujours ce bourdonnement... Voulait-il partir finalement ? Non. Il ne le voulait pas. la fuite n'était donc pas une solution en soit. Et puis, pourquoi fuir de toute façon. Allons, allons... Réfléchissons de manière logique. Quelle heure est-il ? Je ne sais pas, mais je m'en fiche. Comment es-tu arrivé ici ? Je suis entré... Par curiosité et je ne suis jamais parti. Tu es seul ? Non, je suis avec Hotaru. Qui est Hotaru ? Hotaru... Est une jeune fille qui est hébergé dans le pensionnat de Pacific Isle, tout comme moi. Qu'a-t-elle de spécial ? Elle est plus belle que les autres, de l'intérieur comme de l'extérieur. Que veux-tu faire pour elle ? La protéger. Que peux-tu faire pour ça ? Partir. Alors ? Je ne partirai pas.

    "J'ai moins peur avec...avec un homme dangereux. Qu'à..qu'à l'extérieur ou sans lui..."

    Oui, bien sûr... Hein ? Quoi ? Collapse se redressa quelque peu, éloignant ses épaules de son cou et esquissant un petit sourire qu'il voulait rassuré et rassurant. Mais oui.... Qu'avait-il de dangereux après tout ? Il n'avait jamais fait preuve de violence, était même plutôt agréable à vivre quand il le voulait. Qu'est-ce qui l'empêchait de vivre une relation sérieuse ? Son orgueil ? Non. Certainement pas. De quoi avait-il peur ? Sûrement de lui-même. Mais quelle facette l'effrayait ainsi ?
    Hum... Il ne voulait faire souffrir personne. Peut-être avait-il peur de devenir un de ces hommes qui se "lassent" et font souffrir leur partenaire... Même si cela ne correspondait pas à son caractère fidèle. Et s'il avait peur de cette avidité qui l'avait caractérisé quelques secondes plus tôt, il n'avait qu'à se persuader que c'était de l'amour ! Et d'ailleurs, n'en était-ce pas une preuve flagrante ?
    Il ne devait donc pas avoir peur ! Il avait en face de lui une femme qu'il ... Allez, avouons-le. Une femme qu'il aimait. Et qui l'aimait. Huh ?
    Quoi ? Tout pouvait se faire si rapidement ? C'était donc ça un "coup de foudre" ? Nombre de pessimiste disait que cela n'existait pas... Avaient-ils raison ? Et dans ce cas, que venait-il de se passer ? Et d'abord, depuis combien de temps était-il entré dans cette chambre pour prétendre être amoureux ? On en revenait au point de départ.

    "Hotaru... Merci. Je doute tout seul sans me demander ce que tu peux ressentir de ton côté. C'est juste que je suis un peu perdu. C'est vrai... Je suis rentré dans cette chambre pour voir si tu allais bien, et là... A peine une heure plus tard... Je me retrouve dans la peau d'un amoureux transit."

    Non pas que cela lui soit désagréable au contraire. Il voulait juste exprimer clairement ses sentiments pour se rassurer lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 24
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Ven 11 Fév - 10:54

    "Il faut être perdu, il faut avoir perdu le monde, pour se trouver soi-même."

    L’Amour est le plus mystérieux, plus sauvage, il transcende le temps, l’espace et la causalité... Il frappe comme la foudre et nous prends aux tripes, il nous secoue dans tous les sens jusqu’à ce que nous sortions du mental, il nous mène par le bout du nez afin qu’un jour, nous réalisions qu’il est le créateur et maître de nos vies. Nous croyons souvent que l’amour est rose, doux et chaud, mais cela en est juste une forme parmi d'autres… Le fond, c’est la friction, ce qui pousse, ce qui tiraille, ce qui bouscule pour mettre quelque chose en Vie, en place, en Union... Regardons à l’état sauvage, la fleur en germant fend la graine, pousse la terre pour sortir et s’étire vers le haut et vers le bas, puis finit par se faner et retourner faire de l’humus pour ses confrères & consœurs… entre temps elle aura été butiné, piétiné, ignoré, admiré, uni, cueilli ou effeuillé… La Vie, l’Amour, est un cycle frictionnant sans fin. Et ce cycle donne envie de se lever, d'aller de l'avant ou tout simplement se laisser faire pour aller bien.

    "Hotaru... Merci. Je doute tout seul sans me demander ce que tu peux ressentir de ton côté. C'est juste que je suis un peu perdu. C'est vrai... Je suis rentré dans cette chambre pour voir si tu allais bien, et là... A peine une heure plus tard... Je me retrouve dans la peau d'un amoureux transit."

    Hotaru se releva sur les genoux et prit la tête du jeune homme dans ses bras pour réconforter cet enfant perdu. Prendre quelqu’un dans ses bras, c’est bon pour la santé. Cela renforce le système immunitaire, aide à maintenir la forme, guérit la dépression, réduit le stress et favorise le sommeil. C’est vivifiant, tonifiant et sans effets secondaires déplaisants. Prendre quelqu’un dans ses bras, c’est rien de moins qu’un remède miracle. Prendre quelqu’un dans ses bras, c’est la nourriture la plus diététique, la plus écologique, la plus douce qu’on puisse obtenir, sans sucre additionné, sans engrais chimique ni pesticides, sans ingrédients artificiels et 100% naturelle. Prendre quelqu’un dans ses bras, c’est le cadeau idéal. Aucun assemblage requis à faire, aucune pile à recharger, aucune vérification périodique, faible dépense énergétique, grande action énergisante, sans danger d’inflammation. Aucun risque d’engraisser, aucun paiement mensuel, aucune assurance requise, à l’épreuve des voleurs, non taxable, ne pollue pas l’environnement et, bien sûr, est très facile à échanger.

    La Vie est Amour, seulement elle ne répond pas à notre idéal, à nos illusions, apprenons à regarder sous d’autres angles pour découvrir toutes la richesse de ses facettes. Il fallait que la jeune femme ne voit plus la vie qu'elle a vécu mais l'amour qui arrive pour acquérir une toute autre vie.

    Hotaru ne dit rien, elle resta là à avaler le labyrinthe dans lequel se trouvait Collapse. Comme dit Mandani...

    Ton Amour est un labyrinthe,
    Une valse derrière ma scène,
    Qui brule mes pensés lointaines,
    L’une rouge,l’autre blanche,
    Derrière des stores noires,
    Un noir comme tes yeux.
    Et dise,à travers leur souffrances,
    Oh ! mon Ange !viens m’embrasser,
    Pour la vie…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Sam 12 Fév - 22:31

    Étrangement, lorsque Hotaru se mit sur les genoux, Collapse sursauta presque. En effet, il s'était quelques secondes plus tôt auparavant perdu dans la contemplation des lèvres de la jeune fille. Aussi, quand celle-ci se mit en mouvement et que l'objet de toutes les attentions de Collapse sortit de son champ de vision, il fut très surpris.
    Mais ce n'était rien comparé à ce qu'il ressentit quand les bras fins vinrent entourer sa tête. D'abord, sentant que la jeune fille tremblait légèrement, il se demanda si elle avait froid. Pris d'une soudaine peur, il se dit qu'elle pleurait peut-être. Mais se rassura aussitôt. Non. Elle ne pleurait pas. Sortant peu à peu de sa torpeur, ses mains allèrent naturellement se poser sur la taille d'Hotaru. Peu à peu, il mesurait la situation. Cette fille et lui sur un lit accueillant. La gorge d'Hotaru collée à son visage. Cette main, sa propre main, qui avait le champ libre pour descendre bien plus bas... Toujours plus bas. Il en avait presque le tournis. Pourquoi hésitait-il alors ?
    Qu'aurait-il fait d'habitude ? Habitude ? Parler ainsi est presque vulgaire, mais c'est la pure vérité. Auparavant, c'est-à-dire, juste avant de rentrer dans cette salle, Collapse ne se serait embarrassé de doutes. Il lui semblait qu'il avait en lui une étreinte pour chaque femme, tel Dom Juan. Et maintenant ? Quand il sortirait de cette chambre, verrait-il les autres femmes comme avant ? Les verrait-il tout simplement ? Non.
    Mais alors, c'était ça l'amour ? Ignorer les autres sans se permettre quoi que ce soit avec sa chère et tendre ? Mais... C'est nul.
    Il avait envie de sentir le grain de la peau sous ses lèvres, le petit corps sous son poids,il avait envie de l'entendre soupirer de plaisir sous ses caresses. Paradoxalement, il avait l'impression que s'il la serrait un peu trop fort, elle disparaîtrait en un nuage de fumée. Sa beauté diaphane paraissait tellement éphémère. Ah... Était-il réveillé ? N'était-ce pas un rêve dans lequel il se perdait ? Si c'était le cas, il souhaitât ne plus jamais se réveiller.

    Dans un sursaut de confiance, il entraîna Hotaru sur le lit ; elle tombait sur son torse comme une feuille morte se dépose sur la terre par une chaude matinée d'automne. Pourquoi s'inquiéter alors qu'ils s'aimaient...
    Hum ? Attendez voir ?
    Quand avait-elle dit qu'elle l'aimait ? Bien sûr, elle avait clairement laissé entendre qu'elle avait de l'affection pour lui, mais... Tout de même, elle l'avait embrassé. Enfin... Là encore, ce n'était peut-être que de l'affection ? Peut-être que pour elle ce n'était rien ?
    Non, il ne pouvait pas dire cela. Elle avait souffert et avait été rejeté, elle avait besoin de plus d'amour que lui n'en avait reçu depuis sa naissance. Il n'avait pas le droit de dire que l'affection qu'elle lui avait donné n'était rien. Elle avait fait un grand pas en avant, il en était certain. Et c'était peut-être tout aussi dur pour elle. Une relation obligeait à cesser d'être égoïste. Et égoïste, Collapse l'avait toujours été.
    Il voulait juste voir si...

    "Hotaru, je t'aime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 24
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Sam 19 Fév - 20:10

    "L'amour fait songer, vivre et croire. Il est la pour réchauffer le cœur Un rayon de plus que la gloire, Et ce rayon, c'est le bonheur."

    Les étudiants sont tous beaux, intelligents, prétentieux. Quant à ce manoir gothique qui abrite le pensionnat, il n'a lui non plus rien d'accueillant. Une seule priorité désormais pour la jeune fille : s'échapper. Jusqu'à ce qu'elle rencontre Collapse. Lui n'est pas comme les autres. Vraiment pas. Il est un peu étrange, certes, solitaire... et terriblement attirant. Immédiatement, les deux jeunes gens sont attirés l'un vers l'autre. On dirait un roman et pourtant, c'est bien la réalité aussi surprenante soit elle...

    "Hotaru, je t'aime."

    Évidemment, pour lui, c'est plus facile : il lui suffit de sortir le grand jeu, les chandelles, la boîte en velours avec le diamant dedans, et il vous déclare sa flamme droit dans les yeux. La tradition n'ayant pas prévu les déclarations d'amour au féminin, il va falloir agir en finesse. Il faut tester d'abord la victime avant de ce déclarer. L'expression "je t'aime" est employée des milliards de fois par jour dans le monde entier, mais la question persiste: comment le dire ? Ce "je t'aime" qui peut-être adressé de manières différentes, fait preuve du sentiment le plus profond d'un être humain. C'est pourquoi, dire "je t'aime" est difficile pour beaucoup d'entre-nous...

    Son torse était chaud...réconfortant face à cet être froid et bleu comme la mer en hiver. Une parabole des plus raffinée. Elle se sentait réchauffer, assez pour être bien, assez pour ne pas se bruler. Sa chaleur la réchauffe. Son cœur m'appartient. Son cœur fait << Boum Boum >> pour Lui. Elle aimerait tellement faire ses rêves avec lui et ses cauchemars pour les apaiser... C'était une pensée assez égoïste de sa part mais elle ne pouvait s’empêcher de le vouloir maintenant mais aussi tous les autres jours de sa vie. Elle n'osait pas fermer les yeux, de peur de ne plus voir cet instant magique. Et elle était franchement nulle...elle ne disait toujours rien. Mais que répondre ? 'Moi aussi' pendant trois heures comme dans les films ? Non merci. Alors elle choisissait un silence et traduisait son amour pour le jeune blond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Dim 20 Fév - 19:10

    Il était tellement facile de communiquer par la parole qu'on en venait à oublier que pour faire parvenir ses sentiments, il n'y avait nul besoin d'ouvrir la bouche.
    Voilà ce que Collapse commençait à se dire en sentant le petit corps faire pression contre le sien. Répondre "Moi aussi", n'avait rien de romantique. "Je t'aime" avait été usité bien trop de fois, tellement sollicité qu'il avait été blanchi et dépouillé de tout sens. Le premier à avoir dit "Je t'aime" avait peut-être était sincère car il avait su trouver les mots. Mais par la suite, le dire n'avait plus de sens. Quiconque était doué de parole pouvait faire semblant d'aimer ? Non ! Chaque mot, chaque grognement, chaque mouvement pouvait avoir le sens qu'on voulait bien lui donner. Si Collapse avait murmuré "dloqfoefJC" -même si c'était physiquement impossible- à la place de "Je t'aime".. Bon ça aurait paru bizarre. mais Hotaru aurait compris. Du moins, en théorie.

    Alors il ne fallait pas attendre de réponse. Ou plutôt si, la réponse devait être permanente et être perceptible dans chaque mouvement jusqu'à ce que l'amour disparaisse. C'est peut-être pour ça que les humains vivaient dans la peur. Ils accrochaient tellement d'importance à la parole qu'ils ne savaient plus deviner l'amour dans les gestes. Alors ils étaient constamment effrayés. "Vais-je être abandonné ?" "M'aime-t-il encore ?"
    Horrible. Heureusement, Collapse, qui n'était en réalité pas un grand bavard, et dont la nature du pouvoir avait obligé à étudié la nature humaine, savait deviner lea haine, la colère et l'amour. Même si ce dernier sentiment était difficile à différencier de la haine qui était très voisine. Certaines mimiques haineuses ressemblaient étrangement à certains mouvements remplis de désir. Mais ce dont il était certain, c'est qu'Hotaru était loin de le haïr. Loin et pourtant tellement proche. Puisque la haine et l'amour étaient proches cousins.

    Pourtant, il pouvait sentir, il croyait deviner. Cette chaleur qui le faisait respirer légèrement plus vite et qui étirait un sourire sur les lèvres. Apaisé, assuré, il releva la tête de la jeune fille, la regarda un instant. Non, il n'y avait pas besoin de mots. Ils étaient même particulièrement superflus dans cette situation.
    Collapse se "contenta" de poser ses lèvres sur celle de la jeune fille et de l'étreindre doucement en balayant son dos de sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 24
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Dim 6 Mar - 14:28

    "Bien émouvants sont les souvenirs des souvenirs."

    Le jeune releva sa tête de ses doigts pour finalement l'embrasser doucement après l'avoir dévorer des yeux. Elle sourit tout du long et ferma les yeux lorsqu'il la sera tendrement tout en laissant danser une main dans son dos. C'était un réconfort essentiel pour la jeune femme. Ils ne parlaient pas mais n'en avaient pas besoin... Dire ou faire? On peut dire et faire, mais on peut aussi faire sans dire, c’est possible "construire" en silence et "démolir" en parlant. C’est la vie qui doit parler à nous-mêmes et à les autres. Quelquefois notre silence se révèle constructif, efficace et loquace plus de milles paroles. Un silence peut être une réponse – naturellement à interpréter – mais il est toujours l’expression de quelque chose qu’on veuille dire, communiquer à l’autre. En gardant le silence, quelquefois, on évite de dire ce qu’est mieux omettre et donc, en réalité, c’est possible communiquer, aussi avec une "absence" de paroles. Le silence, avant d’être une possibilité de réflexion (par conséquent il y a un silence avant et un silence après la parole), doit être espace pour l’écoute, capacité d’accueil, d’accueillir sans préjugés, disponibilité libre de la présomption de soi. La parole de l’homme est positivement comparée à un arbre de la vie, à un rayon de miel; négativement à un sol glissant, à un lacet, à une épée, à la mort, à morceaux appétissants, à une blessure au cœur, à eaux profonde : attention dans ce cas !

    ** Flash back **

    "Hotaru, vient voir ta fleur !"

    La jeune fille couru, pied nu sur le parquet de la battisse et sortit dehors par un petit escalier de pierre pour rejoindre son grand frère dans le jardin. Ses pieds nus froissaient les graviers du petit chemin aménagé dans le jardin magique du jeune homme aux cheveux bleus. Elle s’arrêta à quelques centimètres de ce dernier, agenouillé face à une magnifique rose blanche. La perle bleue écarquilla des yeux devant "sa" fleur. En effet, c'est la jeune fille qui l'avait planté à l'aide de son frère comme pour ajouter sa touche à son jardin. Elle sourit et répondit à Nao :

    - Elle est jolie ! Maintenant ton jardin est le plus beau du monde parce que cette fleur est celle de onii-chan et moi, notre amour.

    Elle rit doucement, toute heureuse d'avoir fait éclos une telle fleur qui, pour elle, représentait bien plus qu'une simple plante. Son grand frère la prit dans ses bras, posa ses lèvres sur son fond et lui chuchota de bonheur : "Je t'aime ma petite Hotaru...je t'aime."

    ** Flash back **

    La relation entre frère et sœur n'est pas la même selon les âges de chacun et de chacune. Elle évolue, parfois assez distante... d'autres fois très proche et c'était là le cas de miss océan. Est ce que l'amour qu'elle ressentait pour Collapse était plus intense que celui qui la liait à son frère ? Elle l'ignorait mais savait que ces deux personnes liées par un amour quel qu'il soit sont les plus importantes de tous.

    Vous est-il arrivé de rester ébahi par un coucher de soleil sur la mer ? Submergé de plaisir par une promenade sur les remparts de St Malo ? Ébloui par les éclats de rire d’un bébé ? Parcouru de frissons sous l’emprise d’une mélodie puissante ? Envahi de bien-être par la chaleur du soleil un jour de printemps ? Ces expériences d’apogée malheureusement ne durent pas... Comment faire ? Et bien rester dans ses bras, pardi !Il vous prend dans ses bras, il vous soulève et vous fait passer le pas de la porte. Tout le monde a cette image, ô combien romantique, en tête lors du mariage. Mais ce qu'aimait Hotaru, c'était tout simplement être reposée sur son corps et entre ses doigts fins. Elle était gourmande certes mais savait l'être pour les choses simples... Elle posa ses deux mains sur son torse et l'embrassa à son tour puis souria au dessus du visage apaisé.

    - Tu sais... Tu es la première personne a me parler avec douceur, sans sous entendus, tendrement et qui m'aime avec tendresse, sérieux. Mais une question me reste dans la gorge... Pourquoi ? Pas seulement m'aimer mais aussi, pourquoi avoir ouvert la porte dites maudite par tout ceux qui passent dans le couloir ?

    Sur ces mots -incroyablement bien prononcés, vous avez vu ?!- elle reposa sa tête sur son torse et ferma les yeux en attente paisible de la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
« A Kind of Mad Hatter ♫ »

avatar


Points :
0 / 1000 / 100

Masculin
► Messages : 316
◄ Inscrit le : 18/07/2010
Age : 27

Dossiers.
Poste: Surveillant
Pouvoir: Le Self-control

Lun 14 Mar - 8:55

    Collapse était à chaque fois surpris qu'elle prenne l'initiative d'un baiser. Et pourtant elle l'avait déjà fait quelques minutes plus tôt. Cela dit, il était agréable de penser que son amour était réciproque et de pouvoir apprécier ce retour de façon physique. Malgré le fait qu'il soit habité par toutes ces jolies pensées, il ne pouvait s'empêcher d'avoir pleinement conscience qu'une jeune fille se tenait sur un lit avec lui et qu'elle posait en plus ses petites mains brûlantes sur son torse.
    Néanmoins, il ne pouvait se laisser aller car sa situation ne ressemblait en rien à ce qu'il avait connu, bien qu'il y ait pas mal de similitudes. Déjà, ce lit sur lequel ils se trouvaient. Et ensuite, ces mains féminines qui le touchaient. Et... Mais paradoxalement, tout lui semblait prendre un jour nouveau. Il l'aimait ; là résidait la principale, voire seule, différence. Et il n'envisageait même pas de partir. La porte qui se trouvait derrière lui... Lui paraissait un aller simple pour l'Enfer. Un retour froid à la réalité. Que ferait-il une fois dehors ? Pourrait-il s'éloigner en sachant qu'Hotaru resterait seule de l'autre côté du mur ? Il ne pourrait pas rester ici éternellement, mais pour le moment, il se laissait doucement croire que chaque seconde durait une éternité. Si seulement tout n'allait pas si vite... Si seulement il n'entendait pas le tic tac de l'horloge un peu plus loin... Si seulement il arrivait à oublier qu'il n'avait pas fini sa ronde de surveillance et qu'il n'avait aucune raison valable de rester ici. Aucune raison valable aux yeux des autres tout du moins...

    - Tu sais... Tu es la première personne a me parler avec douceur, sans sous entendus, tendrement et qui m'aime avec tendresse, sérieux. Mais une question me reste dans la gorge... Pourquoi ? Pas seulement m'aimer mais aussi, pourquoi avoir ouvert la porte dites maudite par tout ceux qui passent dans le couloir ?


    En voilà un autre tiens, de retour à la réalité... Oui, c'est vrai... Pourquoi était-il rentré ? Il ne pouvait faire une longue réponse romantique et il ne sentait nullement le besoin de mentir. Il était rentré parce que c'était son boulot. Il était rentré parce qu'il était un peu curieux. Parce qu'il s'inquiétait de possibles persécutions à l'égard d'Hotaru. Il n'était pas du tout rentré pour tomber amoureux. Et s'il n'était pas rentré, s'il l'avait croisé dans les couloirs comme chaque matin, il doutait de ses possibles réactions. Tomber amoureux ne met pas en jeu seulement deux personnes, il implique aussi un moment et un contexte.

    "Eh bien, je suis surveillant ici... Et je faisais ma ronde comme d'habitude. Et comme je suis loin d'être idiot, je ne suis pas entré dans la chambre d'un fantôme, je suis rentré dans la chambre d'une jeune fille très mignonne, que des imbéciles prépubères s'amusent à persécuter doucement. Je m'inquiétais, et je dois avouer que j'étais assez curieux car je ne t'avais jamais parlé... C'est tout. Rien de romantique, rien de bien intéressant. Juste un moment propice et toi dans cette chambre."

_________________



If you want it, you can go on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Small drop lost

avatar


Points :
3 / 1003 / 100

Féminin
► Messages : 224
◄ Inscrit le : 23/09/2010
Age : 24
Localisation : Partout autour de toi, m'attraperas tu ?

Dossiers.
Poste:
Pouvoir: Contrôle de la Flore.

Sam 2 Avr - 11:27

    ""L'amour est délicat, ma petite : un rien le froisse ;
    Tout dépend, sache-le, du tact de nos câlineries." "

    A quoi ça sert de vivre ?? Pour aimer...
    Bien sûr... mais il faut traverser les épreuves du temps, des douleurs, des mensonges, des blessures, des trahisons...de cette colère qui ébranle plus les coeurs que les murs... Il faut traverser et au bout de ce voyage, par delà les fissures, l'Amour est toujours là... Pas une amourette, non ! Cet amour si profond que le pire peut arriver, rien ne viendra voiler sa transparence... son éclat... Une pierre précieuse sertie en plein coeur... Parfois vous n'avez pas eu le temps d'offrir ce joyau, vous le gardez alors au fond de votre être... Khalil Gibran a dit : "Il en a toujours été ainsi que l'Amour ne connaît sa profondeur qu'au moment de la séparation..". Mais en réalité, l'Amour est là... dans sa vérité, dans sa mélodie... même s'il n'est plus joué, qu'il est mis en sourdine... le silence le protège et il grandit.

    Beaucoup de personnes pensent que les personnes riches sont égoïstes et que c’est pour cela qu’elles ont beaucoup d'argent. Ceci peut être vrai dans certains cas, cependant, il y a bien plus de personnes qui sont riches parce qu'elles savent donner. Quand vous donnez quelque chose de plein cœur sans rien attendre en retour, vous libérez une force puissante qui déclenchera de votre bonne action un « rebond » vers vous de manière étonnante et parfois inhabituelle. Dites-vous qu’il y a tellement que vous pouvez donner vu que vous recevez constamment. Soyez généreux en donnant à d'autres chaque fois que cela est possible. Vous remarquerez que ce que vous recevez sera bien plus important que ce que vous donnez. En tant qu’humains, nous avons une tendance à rendre ce que nous recevons. Mais ne donnez pas pour recevoir quelque chose en échange. Donnez librement de bon cœur, et les récompenses seront bien plus grandes. Le don est un acte qui peut inviter l’esprit de la joie à entrer dans votre cœur. Comment vous sentirez-vous lorsque vous aurez donné quelque chose à vos voisins moins fortunés ? Laissez-moi vous dire que rien ne pourrait plus égayer votre journée que leurs remerciements les plus sincères et voir leurs sourires s'étendre d’une oreille à l'autre. On m’a donné de l'espoir quand j’en avais le plus besoin. Il vient un moment où je donne de l'espoir quand quelqu'un en a le plus besoin. Donner est également une habitude très saine. Beaucoup de personnes ne savent pas cela ou refusent de le savoir. Elle pourrait prolonger votre vie en instillant en vous un sentiment de paix intérieure et l'accomplissement. Ce que vous donnez ne doit pas nécessairement être quelque chose de matériel. Cela peut également être du temps, des efforts, de votre talent, un service, de l’espoir ou même un sentiment affectueux. Comme le dit le proverbe… « Donnez-leur un peu de poisson et vous les nourrirez une journée. Apprenez-leur à pêcher et vous les nourrirez toute leur vie. »

    Tant il y a de l'amour il y a de l'espoir et l'espoir fait vivre. l'amour aide beaucoup à franchir tout les obstacles ou presque tout ça aide en tout cas,en donnant de l'amour. L'amour peut redonner goût à la vie...et savait qu'elle était plus heureuse ainsi à aimer et être aimer par quelqu'un qu'auparavant. Aimer est un bien précieux qu'il faut conserver précieusement. L'amour en tant que sentiment mais aussi celui qui pousse nos mains à errer sur le corps de l’autre, celui qui pousse nos doigts à s’enlacer avec ceux de l’être aimé, celui qui nous entraîne vers des sensations que nous ne retrouvons nulle part ailleurs.
    Certaines personnes devraient-elles en être privées pour une raison quelconque?
    Non, bien sur que non. Et surtout pas juste parce qu'on a un pouvoir qui sort du commun des mortels...En tout cas, les paroles du jeune homme étaient douces aux oreilles de la jeune femme. Cette dernière fermait les yeux en se rassurant en écoutant les battements du cœur de Collapse, sa fréquence cardiaque en battements de cœur par minute. Elle trouvait la situation assez romantique pour être aussi surprenante. S'il ne trouvait pas cela romantique, ce n'est pas grave du moment que le résultat était là. Surveillant ? Sacré boulot de costaud ça nan ? Elle imaginait bien les molosses de trois cents kilos qui voulaient sécher les cours ou passer à travers les barrières et collapse en agent 007... drôle de vision tout autant triste en romantisme... Dort petite fille, dort et regarde le soleil se lever lorsque les portes de ton avenir s'ouvriront à nouveau...


_________________

L'homme est une plante qui porte des pensées, comme un rosier porte des roses et un pommier des pommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://screw-your-life.forum-canada.net
Contenu sponsorisé





Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ► District Sud-Est :: Pensionnat :: •Dortoir (1) ; « Girls Only » :: Bedroom (1) : HOTARU-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit